Tiao III : Pourra-t-on enfin lancer « le Burkina émergent » ?

492 2

php1t7ua8-_MG_2873Le 2 janvier 2013 le peuple burkinabè a eu un nouvel exécutif à la tête de ses affaires. « Tiao III », ainsi l’a-t-on nommé. Trois gouvernements en l’espace de deux ans. Après les « gouvernements de crise », il est à espérer que le programme du président du Faso, qui est de bâtir un « Burkina émergent », pourra maintenant être au cœur de l’action des 32 ministres.

Tertius « la crise »

C’est Tertius Zongo qui s’est vu confier en premier  la lourde responsabilité de mettre en œuvre le lourd et ambitieux programme de Blaise Compaoré, au lendemain de sa réélection en 2010. Le Premier ministre avait cependant à peine eu un mois pour étudier l’immensité de sa tâche que le fantôme de l’élève Justin Zongo a semé les graines de la crise et des grèves à l’emporte pièce à travers le Faso.

Dès lors, le « Burkina émergent » a été mis de côté afin d’éplucher le brûlant dossier du « Burkina grognon ». Un Burkina qui deviendra coups de mitraillette et de kalachnikov. Le premier gouvernement de Blaise Compaoré mandat IV chavirait ainsi sans ouvrir le dossier de son programme.

Luc le « pompier », premier épisode

D’urgence, Tiao  est arrivé le  18 avril 2011 avec son équipe munie d’extincteurs qui arrosèrent le Faso de mousse relaxante, histoire de calmer un peu le courroux des Burkinabè. Quant aux mutins, c’est  Blaise Compaoré lui-même qui s’en est chargé en prenant le portefeuille de ministre de la Défense.  « Burkina émergent » ? Il y a plus pressé !

Luc le « pompier », deuxième épisode

Le reste de l’année fut consacrée à calmer les choses. Mais en  janvier 2012,  Ousmane Guiro et l’affaire de Jérôme Traoré et « son mécanicien » manquent de peu de jeter un gros bloc de dynamite dans le volcan social encore en ébullition. Naquit alors Tiao II avec un léger remaniement qui permet au Burkina de continuer cahin cahan sa route. Vint alors une éclaircie.

Elle permettra la mise en œuvre de quelques points importants du programme de Blaise Compaoré, avec notamment l’adoption de la Stratégie de croissance accélérée et de développement durable (SCADD), le lancement du Programme spécial de création d’emplois (PSCE) et le lancement de Bagré Pôle. Mais les préparatifs et la tenue des élections couplées sont venus mettre fin à cette éclaircie.

Luc, maintenant le « capitaine du Burkina émergent » ?

Tiao III, avec les grands chantiers annoncés par le chef de l’Etat à la mort de 2012 et les réaménagements opérés au niveau des départements ministériels, pourrait enfin donc être le gouvernement qui mettra en œuvre le programme du président du Faso.

Mais le climat social est-il  totalement apaisé ? 2015 ne risque-t-il pas de prendre le pas sur les réalisations de l’exécutif au profit des populations ? Le débat sur la révision de l’article 37, qu’on croyait clos, ne va-t-il pas resurgir, cristalliser les attentions et les passions et faire oublier de faire « émerger » le « Pays des Hommes intègres » ?



Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Article similaire

Il y a 2 commentaires

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *