Municipales à Tema Bokin : L’UNIR/PS contre les résultats du Conseil d’Etat

234 0
Me Bénéwendé Sankara (Ph : B24)
Me Bénéwendé Sankara (Ph : B24)

L’Union pour la Renaissance, Parti Sankariste (UNIR/PS) a tenu une conférence de presse ce jeudi 10 janvier 2013 dans ses locaux. Objectif : prendre à témoin l’opinion sur la modification du nombre de conseillers dans la commune rurale de Téma-Bokin, village du président Thomas Sankara où l’UNIR/PS affirme avoir été dépossédé d’un siège au profit du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP).

Les résultats définitifs des élections couplées de 2012 attribuaient dans la commune rurale de Bokin 2 sièges à l’UNIR/PS et un siège pour le CDP en la date du 30 décembre 2012. Le 08 Janvier 2013, l’UNIR /PS constate qu’un siège lui a été retiré au profit du CDP qui s’en sort avec 2 sièges.

Après des recours infructueux chez le Greffier en Chef et au Bureau de la Chambre consultative, la situation demeure la même. Me Bénéwendé Sankara dénonce ce changement comme étant une atteinte à la démocratie. Dans une lettre adressée au Premier président au Conseil d’Etat, il dénonce ces changements qui ne sont pas conformes à l’article 251, alinéa 2 du code électoral, qui stipule que : « Pour ce qui concerne les élections municipales, le Conseil d’Etat, au vu des résultats et tous les procès verbaux des bureaux de votes, effectue le recensement général des votes à son siège, en dresse procès verbal et proclame les résultats définitifs conformément aux dispositions des articles 90 à 100 de la présente loi ».

Aucune autre disposition ne permet au Conseil d’Etat de proclamer des résultats définitifs et d’y revenir là-dessus sous quelque prétexte que ce soit, selon Me Bénéwendé Sankara.  L’UNIR /PS réclame simplement la restitution de son siège et promet de saisir les instances compétentes si sa demande ne trouve pas un écho favorable.

Aziz BANSE

NDLR : Pour document, voici la déclaration liminaire du Président de l’UNIR/PS lors de la conférence de presse ce jeudi :

«Mesdames et Messieurs les journalistes,
Chers invités,

Le 29 décembre 2012, l’Union pour la Renaissance/Parti Sankariste (UNIR/PS), à l’instar de l’ensemble des Burkinabè et des internautes a suivi la proclamation des résultats des élections municipales du 02 décembre 2012 par le Conseil d’Etat. Ces résultats qui ont été publiés sur le site web du Conseil d’Etat par le procès verbal et la Décision N°2012-001/CAB/CEC portant proclamation des résultats définitifs des élections municipales du 02 décembre 2012 octroyait à l’UNIR/PS deux sièges de conseillers municipaux dans le village de Bokin contre un siège pour le CDP.

Le 08 janvier 2013, nous avons malheureusement constaté encore que sur le même site du Conseil d’Etat, les résultats définitifs du Passoré portent désormais la mention « corrigée ». C’est ainsi qu’en parcourant à nouveau les résultats commune par commune, nous avons trouvé avec stupéfaction que des éléments nouveaux ont été insidieusement introduits dans le fichier relatif au village de Bokin. Ces éléments nous révèlent  avec le plus grand étonnement qu’au lieu de deux sièges de conseillers, l’UNIR/PS se retrouve avec un siège. Ce qui donne selon les mêmes éléments subitement transformés et inversés deux sièges de conseillers au CDP qui n’en a eu qu’un seul selon la proclamation publique et officielle du Conseil d’Etat en date du 29 décembre 2012.

Mesdames et Messieurs les journalistes,
Comme, il convient de le relever avec force, les choses vont de mal en pis si l’on considère que nous avons à faire à la plus haute juridiction de notre pays en matière d’élections locales qui a été certes victime soit de piraterie de son site soit d’une cyber criminalité.
En tous les cas, face à ces contradictions inexplicables du Conseil d’Etat, nous avons instruit le Secrétaire National chargé des élections du parti le 09 janvier 2013, pour entrer en contact avec les services dudit Conseil pour avoir  plus de détails. C’est ainsi, qu’il s’est rendu au Bureau de Madame le Greffier en Chef qui était absente. Sa Secrétaire après avoir eu  l’objet de la visite s’étonna en ces termes « Votre Chef [le Chef du CDP: ndlr] était là hier, il y a eu des erreurs et on a corrigé ! ». Un visiteur qui était dans le même bureau dira que ce n’est peut-être pas le même parti. C’est en ce moment précis que notre Secrétaire chargé des élections s’est présenté au nom de l’UNIR/PS. Elle soutient qu’en cela, il faudrait qu’il attende le Greffier en Chef pour de plus amples informations. Après avoir attendu le Greffier en Chef en vain jusqu’à midi, sa Secrétaire a proposé d’aller voir au Bureau de la Chambre Consultative. Là, la Secrétaire l’enverra voir le Coordonnateur Albert OUEDRAOGO, qui était absent lui aussi.

Mesdames et Messieurs,
Nous rappelons si besoin en était que conformément à l’article 251, alinéa 2 du code électoral, « Pour ce qui concerne les élections municipales, le Conseil d’Etat, au vu des résultats et de tous les Procès Verbaux des bureaux de vote, effectue le recensement général des votes à son siège, en dresse procès verbal et proclame les résultats définitifs conformément aux dispositions des articles 98 à 100 de la présente loi ».
Aucune autre disposition ne permet au Conseil d’Etat de proclamer des résultats définitifs et d’y revenir là-dessus sous quelque prétexte que ce soit à l’issu surtout des parties concernées.

Au regard des faits sus évoqués, l’UNIR/PS voudrait ici attirer l’attention de l’opinion publique à travers la presse nationale et internationale sur les graves conséquences du jeu suicidaire auquel le Conseil d’Etat de notre pays se livre.
Au besoin, elle rappelle avec insistance qu’au nom de la démocratie et au nom de son droit à la dignité et à l’égalité républicaine, le parti et l’ensemble de ses militants ne se laisseront pas malmenés à souhait. Nous entendons pour ce faire utiliser tous les moyens légaux pour le respect scrupuleux de nos droits, mais aussi nous comptons barrer la route à tous les fossoyeurs de notre appareil judiciaire et de la démocratie qui refusent de comprendre que le choix du peuple est absolument sacré.

En tous les cas, l’UNIR/PS réclame sans délai le rétablissement pur et simple des sièges dûment proclamés par le Conseil d’Etat le 29 décembre 2012 dans le village de Bokin; à savoir deux (02 sièges) pour l’UNIR/PS et un (01) siège pour le CDP, tout en rappelant au passage que le Conseil d’Etat avait refusé à l’UNIR/PS son droit inaliénable de se constituer dans la même affaire un Avocat pour sa défense.

Pour finir, l’UNIR/PS appelle tous les démocrates du Burkina à s’intéresser particulièrement à cette situation que le pouvoir de la IVème République a fabriquée et ne cesse d’alimenter de nuit comme de jour aux seules fins d’avoir le contrôle d’une commune qu’elle a toujours considérée comme hautement stratégique parce que village natal du Président Thomas SANKARA.
Quant à la suite, l’histoire nous le dira.»

Je vous remercie!
Avec le peuple, victoire!

Le Président
Maître Bénéwendé S. SANKARA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre