Elections de maires au Faso : Entre grincements de dents et jeu de vestes

159 0
Photo d'illustration : la mairie de Bobo-Dioulasso (Ph :  Ville de Bobo-Dioulasso)
Photo d’illustration : la mairie de Bobo-Dioulasso (Ph : Ville de Bobo-Dioulasso)

Les élections couplées du 2 décembre 2012 ont donné l’opportunité à l’électorat burkinabè de choisir avec plus ou moins d’objectivité leurs élus à l’Assemblée nationale et dans les différentes mairies. Après les publications des résultats par la Commission électorale nationale indépendante (CENI) suivis de leur validation ou invalidation par le Conseil constitutionnel et le Conseil d’Etat, l’heure est à l’installation des élus. Pour les législatives, les débats sont clos puisque les députés de la cinquième législature sont installés depuis le 28 décembre 2012.

Ces grincements qui viennent des communes

C’est au niveau des municipales que la machine ne tourne pas rond. En effet, dans plusieurs localités du pays, les élections doivent être reprises suite aux différentes plaintes déposées notamment par des partis de l’opposition. Les localités, où il n’y pas eu de difficultés, ont désormais des problèmes pour installer leurs maires. Dans plusieurs communes rurales, si ce ne sont pas des courses-poursuites qui animent l’atmosphère de l’élection des édiles, ce sont des protestations, des remises en cause et des débats.

Il est loisible de citer, entre autres, Koumbri, où les divergences entre militants CDP risquent d’agir négativement sur le travail de l’élu ADF/RDA; Zogoré,  Saaba et  Tema Bokin où l’UNIR/PS réclame à cor et à cri son poste de conseiller municipal que le Conseil d’Etat aurait, par un tour de passe-passe, refilé au CDP. Le seul souhait est peut-être d’éviter que ces contestations ne dépassent  les frontières de la simple palabre verbale. Le Burkina a eu son compte de morts pour ces élections.

Les infortunes du CDP

Pour le reste, il est loisible de tirer la conclusion que la sérénité ne règne pas dans le camp du CDP. Plusieurs communes ont en effet surpris le parti majoritaire en mettant à leur tête des maires d’autre obédience alors que le parti de l’épi et de la daba y est majoritaire. Le cas le plus illustratif est sans doute celui de Soubakaniédougou où, avec 20 conseillers sur 29, le CDP a tout de même perdu la mairie au profit de l’UPC.

Les partis de l’opposition, et même parfois de la mouvance, ont apparemment décidé de jouer la carte de l’union contre le parti majoritaire. Le principe est bien beau, mais il reste maintenant à savoir où mèneront de tels attelages (à quel port peut conduire un mariage UPC et RDB ?) et sur quels compromis vont se baser de telles coalitions pour gérer les mairies. Le grand défi est surtout de savoir s’ils ne verseront pas dans la même incapacité passée de l’opposition à pouvoir profiter des crises du CDP.

Salifou OUEDRAOGO

salifbf

Journaliste-Reporter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre