Offensive contre les terroristes : L’envers de la médaille

142 0
Ph. Slate Afrique
Ph. Slate Afrique

Au-delà du pays de Jeanne d’Arc (la France) qui a lancé plusieurs attaques contre eux, à travers l’opération Serval, le MUJAO et ses alliés ne vont plus se borner à se défendre à l’intérieur des terrains conquis du sable malien. Leur résistance se déplacera et prendra des formes diverses.

En France

« Le MUJAO frappera la France  partout  au cœur », tel est le message du chef de cette mouvance djihadiste. Le cœur de la France, ce sont bien sûr la Tour Eiffel, les aéroports Roissy et Charles De Gaulle, les Champs Elysées, les ports, les métros… ; mais le cœur de la France, ce sont aussi les mines, les puits de pétrole, les ambassades, les Instituts culturels et surtout ses ressortissants qu’abritent nos pays, au cœur de nos capitales et autres villes. Ces intérêts ce sont aussi les sept otages que ces islamistes armés ont dans leur escarcelle. A la base monnaies d’échange, ils sont maintenant pris au piège et à la merci d’une mort qui ne pourrait être que leur dernier recours.

Parer à toute éventualité

Dans les pays ouest-africains, les citoyens ne sont pas à l’abri de certaines actions de ces « fous de Dieu ». Au Burkina Faso, pour parer à la survenue d’un acte destructeur de ces islamistes armés, les autorités politiques ont mis en place, le long de notre frontière  avec le Mali, des troupes d’élite pour contrecarrer une éventuelle attaque. Dans les villes, les contrôles pourraient s’intensifier, dans les jours à venir. Ces dispositifs sécuritaires seront, sans doute, adoptés par l’Algérie, leTchad, le Niger, le Nigéria, le Togo et le Bénin dont le Président a dit « être aux anges » depuis le début des attaques des avions français.

La hantise du danger invisible

Se sachant vulnérable à certains points, une certaine paranoïa pourrait gagner l’ensemble des pays qui rentreront dans la danse. Cette paranoïa pourrait aller grandissante, d’autant plus que l’ennemi n’attaquera pas à visage découvert dans nos villes, mais pourrait se camoufler, comme un caméléon, sous des apparences insidieuses.

A Diabali qu’ils viennent de prendre aux mains des soldats maliens, les djihadistes se fondent dans la population, ce qui rend difficile l’attaque des avions français. Au cœur de la France, l’inimitié et le soutien aux islamistes pourraient partir de personnes dont la frustration pour la mère patrie se déclinera en une aversion qui couve sous les cendres des frustrations des banlieues et des discriminations de toutes sortes. Le plan vigipirate  passé du « rouge » au « rouge renforcé » pourrait-il être un rempart solide ? Faire face à un individu qui ne perd rien en se faisant sauter avec une grande quantité de bombe et tuer des milliers d’autres, ne sera jamais chose facile.

Le FESPACO ?

Au vu de cette campagne tonitruante du Mali, ce ne sont donc pas les touristes étrangers qui se bousculeront à nos portes. Espérons que le FESPACO qui s’annonce à coup médiatique se tienne sans nous ôter l’envie et le courage de nous rendre dans des salles de projection.

                                                                                                                                       Rialé 

bktso1

Rialé est artiste-comédien et résidant a Ouagadougou.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre