Veillée artistique en hommage à Dj Tifis : Les musiciens burkinabè pleurent

1022 8

arton52249Triste, triste, triste nouvelle pour la grande famille artistique du Burkina Faso : l’artiste musicien Dj Tifis, à l’état civil Katié Daouda SILUE, n’est plus de ce monde. Agé de 38 ans et père d’un enfant de moins d’un an, le cœur du concepteur du « battement de cœur » n’a pas tenu à la maladie. Il s’en est allé le dimanche 13 janvier 2013 à Korogho en Côte d’Ivoire où il a été inhumé le même jour. Le lendemain 14 janvier, hommage lui a été rendu à son domicile à Karpala (Ouagadougou) par le monde culturel burkinabè à travers une veillée artistique. L’émotion était à son comble par des prestations d’artistes, des témoignages … et souvent des larmes.

Cette nuit du 14 janvier 2013 n’a pas été d’ordinaire au domicile du défunt Dj Tifis sis au quartier Karpala à Ouagadougou. A partir de 20h, bravant froid et sommeil, la grande famille artistique a pris d’assaut le six mètre de la maison du regretté « faiseur des atalakous » pour participer à la veillée qu’elle a organisé en hommage de celui-ci.

Etaient aussi du rendez-vous les parents, amis, fans et voisins du concepteur du « battement de cœur ». Avant le coup de 21h, le répertoire musical de l’artiste a été revisité pour le faire revivre à travers ses œuvres. Puis, tour à tour, les artistes (musiciens, Dj, animateurs …) ont « défilé », qui pour faire un témoignage, qui d’autre pour prester musicalement, dans l’objectif d’animer la veillée et d’exprimer leur sentiment du moment. Certains n’ont pas pu maîtriser leurs émotions et se sont effondrés en larmes.

Nixon, Youmali, artiste musicienne et Georgette, une collaboratrice de Dj Tifiis étaient, entre autres, de ceux-là. Unanimement, ils ont affirmé avec force que « Dj Tifis n’est pas mort car il demeurera toujours dans le temps par ses œuvres ».

Katié Daouda SILUE dit Dj Tifis, qui n’était qu’au début de sa carrière, laisse derrière lui une femme et un enfant âgé de moins d’un an. Que son âme repose en paix et que la terre de Korogho (Côte d’Ivoire) lui soit légère.

Wendyida Germaine KERE

Témoignages d’artistes

Bamos Théo, Le Saambiiga national : « Il aimait s’amuser »

« C’est une perte cruelle parce qu’il est très jeune. C’est maintenant qu’il commençait à s’installer dans la vie et la mort est venue tout « gnangmer ». C’est une perte inestimable. C’était un jeune plein de talents. En fait, il avait des capacités et potentialités artistiques énormes. Je ne dis pas parce qu’il n’est plus de ce monde, c’est tout simplement la vérité.

Bamos Theo (Ph : artiste.bf)
Bamos Theo (Ph : artiste.bf)

Mais nous ne pouvons pas nous soustraire de la volonté de Dieu. Nous ne pouvons que respecter cette volonté et lui dire merci pour tout. Entre Dj Tifis et moi, c’était un rapport d’artiste à artiste mais aussi de petit frère à grand frère. Il m’a toujours respecté. Même pour le baptême de son enfant, il m’a prévenu un mois à l’avance et à l’approche, trois jours avant, il m’a rappelé la date. Juste pour vous dire que nos rapports étaient des meilleurs. Il aimait aussi raconter des blags et aimait s’amuser. Dans l’ensemble, l’homme était bien et nous les artistes, nous reconnaissons sa valeur.”

Daisy: « Il aimait tellement faire rire les gens»

« C’est vraiment triste que nous ayons perdu un si grand artiste comme Tifis. Ce que moi je retiens de lui, c’est qu’avec lui, c’est la joie assurée. Il aimait tellement faire rire les gens, il aimait trop s’amuser et ne prenait rien au sérieux. Il était pour moi un frère et on a collaboré ensemble sur deux chansons notamment Burkina-Cote d’Ivoire et une chanson sur les OMD. Donc, durant ces périodes de travail, on s’est rapproché.

Daisy (Ph : artiste.bf)
Daisy (Ph : artiste.bf)

Et encore, il est artiste, donc mon collègue. Et nous les artistes, nous formons une grande famille et dès qu’un des nôtres s’en va, nous sommes automatiquement en deuil. Donc, Daisy est en deuil, la musique burkinabè est en deuil, la culture burkinabè est en deuil. Et moi entendre aujourd’hui que ce Monsieur il est décédé à Korogho en Cote d’Ivoire, c’est quelque chose vraiment, même en m’adressant à vous à cet instant, j’ai la chair de poule un peu partout. Mais qu’est-ce qu’on veut ? Nul ne peut contre la volonté de Dieu. Il est le seul qui sait quand et où. Mais nous le garderons dans notre cœur et que Dieu dans son amour éternel l’accueille dans son paradis. C’est tout ce que nous pouvons souhaiter et c’est Dieu qui est fort.”

Propos recueillis par WGK



Article similaire

Il y a 8 commentaires

  1. Triste vraiment comme nouvelle, Tifis est parti au moment o? il s'installait dans la maturit?. Il fait v?ritablement parti de ceux l? qui ont donn? une nouvelle respiration ? la musique nationale. Nous ne t'oublierons jamais, la more comme le disent les sages, elle mange les hommes mais pas leurs oeuvres. Eric OUARO radio salaki D?dougou

  2. Que la terre lui soit leg?re afin que son ?me r?pose en paix!Comme le disait un po?te:les morts ne sont pas morts,ils sont dans la nature…

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *