Guerre au Mali : Silence assourdissant du MNLA, de Sanogo … et d’ATT

642 11

white flagLes choses se sont précipitées au Mali. En l’espace d’une semaine, le pays a définitivement basculé dans le vacarme des armes. Parmi les coups de feu et les crépitements, on peut distinguer le bruit que fait le silence de trois acteurs, à tout le moins, déclencheurs de cette crise que vit le Mali et qui menace maintenant le monde entier.

Le MNLA

Le premier acteur-déclencheur est sans aucun doute le MNLA. La porte par laquelle sont entrés tous les détestables virus qui rendent actuellement malade le corps du Mali. Le Mouvement de Libération de l’Azawad a plutôt libéré les démons dans ce pays. Et maintenant que le ver est dans le fruit, il est tout simplement invisible.

Depuis que les djihadistes les ont « libérés » en l’espace de 48 heures de leur AZAWAD, les combattants du MNLA sont atones, amorphes et se bornent désormais à d’inutiles déclarations de soutien aux actes concrets des Français et, ironie du sort, de l’armée malienne. C’est peut-être maintenant plus que jamais que l’AZAWAD a besoin de libération.

Haya Sanogo

L’autre « élément » accélérateur de cette crise, c’est le capitaine Haya Sanogo, qui n’a pas trouvé mieux que de faire un coup d’Etat au moment où le MNLA envahissait son pays. Au lieu de monter ensuite au front sabre au clair pour défendre le Mali, il s’est engoncé dans les fauteuils de Kati, multipliant les actions de déstabilisation, s’enfonçant dans l’impopularité tant auprès de la population malienne que de ses frères africains.

Dès les premières agressions des islamistes à Konna, la première interrogation de nombreux Maliens est de savoir quelle était la réaction du capitaine. Une interrogation toujours sans de réponse satisfaisante jusqu’à présent.

Le général ATT

Pour terminer cette liste de silences, on peut s’accorder une petite interrogation sur ce que devient le président africain le plus populaire de ces deux ou trois dernières années. Amadou Toumani Touré, ATT, s’est brutalement éclipsé de la scène de l’histoire de son pays. Quel regard jette-t-il sur le sort dans lequel est actuellement plongé le Mali ? Se sent-il responsable ? Et enfin et surtout, que fait-il pour l’aider ?

Assurément, ces trois noms seront comptables de ce qui est arrivé au Mali, ce qui lui arrivera et des conséquences sur l’Afrique et le monde.

Abdou ZOURE pour Burkina 24



Abdou ZOURE

Abdou Zouré, journaliste à Burkina24 de 2011 à 2021. Rédacteur en chef de Burkina24 de 2014 à 2021.

Article similaire

There are 11 comments

  1. J espe8re que la France ne va s inge9rer dans cette sale affaire ce n est pas notre proble8me .que l alrgeie ou d autre pays s occupent de leurs islamistes ou touaregs mais la France n a rien e0 y gagner!!!

  2. Tr?s bel article ! C’est dommage que les m?dias internationaux n’en parlent pas. C’est louche cette affaire !

  3. Le fils de la tante |

    C’est d?plorable d’en arriver ? cette situation.

    La sous-r?gion est en danger et les responsables ne sont pas uniquement au Mali…

  4. Je crois que les politiciens maliens ont vraiment de?us. D’ATT en passant ? Modibo Diarra en passant passant par Sanogo. Et surtout ce dernier. Je crois qu’il est vraiment nul et opportuniste. Et maintenant les voila silencieux. Il va falloir au Mali une nouvelle g?n?ration de politiciens plus s?rieux. Mais en attendant, vivement que la crise se d?samorce vite.

  5. La guerre est une chose trop grave pour la confier ? des militaires . Dixit Clemenceau .

  6. Effectivement, ce sont eux les causes de la destasbilisation actuelle. Mais que peuvent-ils faire actuellement ? Le MNLA n’est plus que l’ombre de lui-m?me. ATT a disparu et Sanogo n’est qu’un poisson d’eau douce. A mon avis, il faut les oublier et passer ? autre chose.

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *