SNAC 2013: Le carrefour des mets de différentes mains

199 0

SNACO2Jusqu’au 27 janvier les amoureux des mets du terroir ont rendez-vous à la maison de la culture Jean Pierre Guingané, où a eu lieu le mercredi 23 janvier 2013 sous les parrainages du ministre de l’agriculture et de la sécurité alimentaire, et celui de la culture Baba Hama, la cérémonie d’ouverture de la semaine nationale des arts culinaires, par Christine Tiao, représentant la marraine Chantal Compaoré.

Nestorine Sangaré a ouvert la SNAC par une calébassée de jus de toédo
Nestorine Sangaré a ouvert la SNAC par une calébassée de jus de toédo

 Plus de 80 stands sont occupés cette année pour la deuxième édition de « la valorisation des mets burkinabè » comme l’intitule l’objectif de la semaine nationale des arts culinaires (SNAC). Les promotrices des mets locaux sont venues de différentes régions ou de différentes structures pour montrer leur savoir-faire en matière de cuisine et espérer remporter le premier prix des différentes  disciplines concernées.

La représentante de la marraine, Christine Tiao, a procédé conjointement avec le ministre de la culture, celui de l’agriculture et de la sécurité alimentaire et la présidente de la cérémonie le ministre de la promotion de la femme, Nestorine Sangaré, à la coupure du ruban qui a donné le top départ des visites de stands et du même coup l’ouverture officielle de la SNAC.

La promotion de cette semaine permettra de faire valoir les mets burkinabè et d’offrir de l’emploi à beaucoup de femmes, selon les organisateurs. A tour de rôle, chacun des intervenants dans cette édition a montré son attachement à s’investir pour sortir la cuisine burkinabè de l’obscurité et la trainé jusque dans les hôtels, les compagnies aériennes, les restaurants locaux afin de faire de cette cuisine un produit marketing.

Les filles ne sont pas formées à la préparation des mets locaux

A côté de l’engagement à promouvoir les mets locaux, il a été souligner la nécessité de se tourner vers la formation des filles et garçons à la préparation de ces plats dans le but d’assurer la relève en matière culinaire.snac 2

 Nestorine Sangaré a formulé les vœux de voir un important nombre de Burkinabè venir déguster les mets locaux et de voir s’ouvrir une porte de partenariat entre « les hôteliers qui viendront identifier des plats et nouer des partenariats avec les promotrices de ces plats ».

Cette semaine culinaire pourrait sans doute permettre aux célibataires de déguster les plats très souvent destinés  aux mariés, ou qui ne se trouvent qu’au village ou qu’on ne rencontre ces dernières années qu’aux lieux de fêtes, telles les mariages, les baptêmes, etc.

Salifou OUEDRAOGO,

 

salifbf

Journaliste-Reporter

Il y a 1 commentaire

  1. Belle formule de voeux de la part de Nestorine Sangar?. Seulement, l’appui de la politique est n?cessaire pour l’atteinte des objectifs escompt?s m?me si le r?le les promotrices/promoteurs reste primordiale. Aux amoureux des mets locaux, allez-y visiter et vous trouverez des merveilles. A bon entendeur, salut! Bon app?tit ? ceux iront.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre