Malgré la fièvre de la CAN, le boulot continue dans les administrations publiques

149 0
-

Le mardi 29 janvier 2013 pendant que les Étalons jouaient contre les Zambiens à 17H, les agents des administrations continuaient de travailler à la surprise générale de bon nombre de citoyens. Burkina24 en a fait le constat en visitant un bâtiment.

Pour la nation, chacun doit faire son boulot ! C’est ce que pourrait laisser entendre la détermination des travailleurs de bureaux qui sont restés accrochés à leurs sièges pendant que les Étalons s’apprêtaient à défendre les couleurs nationales. Certains amoureux du foot s’autorisent à allumer la radio de  leurs téléphones portables pour écouter le match tout en circulant dans les couloirs, dossiers en main.

 Une Directrice que nous avons trouvé dans son bureau en pleine activité  a déclaré que : « ça se passe dans le cœur ! Nous ne pouvons pas laisser le boulot pour tous nous concentrer sur la CAN. Imaginez le coût de deux heures de travail ! Ça peut arriver mais pas pour le moment ».  Personne ne voudrait à ce niveau de la CAN avoir des grincements de dents avec son patron. Dans certaines administrations il est difficile de se faire une idée de la CAN étant donné que personne n’évoque cette fête continentale.

Une chose est certaine, l’administration bureaucratique burkinabè est vieille. Ce qui pourrait justifier l’engagement limité des agents actifs à suivre l’évolution de la CAN. Du reste c’est un exemple parfait qui pourrait être inculqué aux jeunes générations pour une administration exemplaire. Si l’autorisation n’a pas été exclusivement donnée de vider les bureaux pour la CAN  il est judicieux que les agents poursuivent leurs activités pour le bien être de la nation.

Salifou OUEDRAOGO

salifbf

Journaliste-Reporter

Il y a 1 commentaire

  1. Elis?e Antoine Zong-naba |

    Ds quel pays vs avez une admistration qui arr?te parce-que l'?quipe nationale joue une phase finale… C vs qui etes plutot laxiste et surpris!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre