Augmentation des tarifs de parking : Bobo emboîte le pas à Ouaga

136 0
Un parker dans la ville de Bobo. (Ph.B24)
Un parker dans la ville de Bobo. (Ph.B24)

Après l’augmentation des frais  de parking à Ouagadougou depuis le 1er Janvier dernier, c’était au tour des regroupements de parkers de Bobo-Dioulasso de revoir à la hausse les prix de la  prestation,  le 1er Février. Les parkers de Sya justifient cette hausse des prix par des difficultés quotidiennes auxquelles ils font face.

Le président de l’Association des Gérants de Parking des Hauts-Bassins, M. Amadou Nombré, a expliqué à Burkina 24 que la révision des prix de parking découle de la validation d’une étude sur le secteur, le 24 Juin 2012 dans la capitale.  « C’était au cours d’une rencontre qui a réuni des syndicats et associations de parkers et un représentant de l’Association des Municipalités du Burkina », rappelle M. Nombré. Selon une directive datant du 7 Janvier 2012(appliquée actuellement) et signée par le porte-parole des syndicats et associations des parkings, M. Kissina B. Assoupoua, le tarif de parking des engins à deux roues est désormais de 100 francs, celui des bicyclettes de 50 francs, et celui des véhicules à 4 roues de 200 francs. Cette directive indique en outre que l’abonnement mensuel coûte 1500 francs pour les engins à deux roues, et 1000 francs pour les bicyclettes.
N’étant pas informés au préalable, les usagers de Bobo s’étonnaient de la nouvelle mesure. Plusieurs parkers affirment recourir à la diplomatie pour ne pas vexer les clients. « Je les informe du nouveau tarif, mais il n’ya pas de rigueur pour le moment. Seulement, la nuit, j’applique le nouveau tarif sans autres formes de procès », nous a confié un parker. Celui-ci a souligné que le coût actuel de la vie imposait une révision des prix.
M. Boubakari Sanou, président du Syndicat Provincial des Gérants de Parking de Bobo, reconnait que le début n’a pas été facile. « Mais les usagers commencent à comprendre.  Un parking, c’est la sécurité et l’assurance ; il ya parfois des vols et des incidents qui engagent notre responsabilité », observe t-il. Par ailleurs, M. Sanou dénonce le fait que les parkers de Bobo payent par an 60.000 francs pour l’occupation du domaine public, tandis que ceux de Ouaga déboursent 52.000 francs.
Il existe deux associations et un syndicat de gérants de parking à Bobo. Ces trois structures ont formé  une coordination dirigée par El Hadj Karim Traoré. Les frais de parking n’avaient pas varié pendant une vingtaine d’années, et les parkers de Bobo estiment que les gérants ont le droit de revoir les prix de la prestation en fonction des circonstances. Selon un dernier recensement effectué en 2011, la ville de Sya comptait 44 gérants de parking.
Michel KONKOBO
pour Burkina 24

Justin Yarga

Journaliste web qui teste des outils de Webjournalisme et datajournalisme, Media strategy consultant.

Il y a 1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre