Les histoires de Tanga : Le dragueur de Facebook

682 2

 Georges n’a trouvé d’autre terrain de chasse que Facebook. Rat des cybers, il séduisait en un clic et draguait en un ou deux surfs. Pour commencer, il chercha la photo du plus beau mec sur le Net et l’étiqueta dans son profil comme étant sa photo à lui.

Ensuite, il placarda « célibataire » dans sa situation matrimoniale et précisa qu’il cherchait « exclusivement » à entrer en contact avec des femmes. Epinglant quatre ou cinq diplômes d’illustres universités, il termina en alléguant qu’il travaille bien dans une entreprise bien connue de la place.

40 déclarations d’amour en deux semaines

En moins de deux semaines de clics, de surfs et de « tic tac » sur son clavier, il eut 30 demandes d’amitié féminines et il réussit à avoir dix rendez-vous galants. Il ne se pointa pas aux 9 premiers, préférant le 10e. Il faut dire qu’il avait ses raisons.

Mlle T.

Mlle T. avait sur son profil une belle image de demoiselle née au Sahel. Son sourire éblouissait son profil Facebook et fit perdre le nord à Georges. Qu’une fille si belle s’intéressa  à lui le surprit beaucoup. Et les mots qu’ils échangèrent finirent par le convaincre que cette fille était pour lui.

Voilà pourquoi il se rendit à leur rendez-vous dans un glacier non loin de son cyber. Il s’assit là et attendit. Quelques heures plus tard, une jeune demoiselle vint s’asseoir à sa table. Elle fit un clin d’œil. C’était le mot de passe et Georges y répondit en lui faisant un baisemain. Il retira sa main avec un bracelet en fer.

La méprise

Levant des yeux surpris, il tomba sur la tête rébarbative de deux gigantesques hommes qui le fusillèrent du regard. Quelques heures plus tard, Georges ressortait du Commissariat, après que les locataires de ce lieu se soient rendu compte qu’ils n’avaient pas attrapé le cyber-escroc qu’ils traquaient.

L’œil tuméfié de Georges le fit cependant démissionner illico de Facebook et renouer avec la bonne vieille méthode de drague de ses ancêtres…

Votre serviteur Tanga ([email protected])



Article similaire

There are 2 comments

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *