Elections municipales complémentaires : Le satisfecit de l’UPC

157 0

Mathématiquement parlant, la différence entre les élections municipales complémentaires du 17 février 2013 et les élections municipales du 2 décembre 2012 est égale à « 21 conseillers » pour le parti de l’Union pour le changement (UPC). Une moisson jugée satisfaisante par le parti de Zéphirin Diabré à son siège. 

DSC03171Pour la première fois dans l’histoire du Burkina Faso, la reprise d’élections municipales a été ordonnée par le Conseil d’Etat, suite aux irrégularités et fraudes constatées lors du scrutin couplé du 2 décembre 2012. Cette reprise qui a eu lieu le 17 février dernier a été « jugée satisfaisante » par le parti du lion, l’UPC le 21 février lors d’un face à face avec les hommes de média du Burkina Faso.

Pour cause, il a engrangé des voix supplémentaires aux élections municipales complémentaires. Soit 21 conseillers de plus à  son actif, de quoi tirer une satisfaction. Toute chose qui fait dire au directeur national de la campagne électorale, Nathanaël Ouédraogo, que « les résultats provisoires des élections municipales complémentaires ont démontré clairement que des voix de l’UPC avaient été volées le 2 décembre 2012 ». En témoigne, selon lui, l’exemple du Kadiogo où le nombre des conseillers municipaux de l’UPC est passé de 71 le 2 décembre 2012 à 73 si on s’en tient aux proclamations provisoires de la CENI. Cela démontre aussi la maturité citoyenne des Burkinabè, a soutenu Nathanaël Ouédraogo.

Toutefois, au-delà de cette satisfaction, l’UPC n’a pas manqué de relever quelques imperfections des élections municipales complémentaires. Il s’agit de la complexité de la modalité de cette reprise des élections et la profonde déception des électeurs qui a entraîné le faible taux de participation  constaté sur le terrain.

Mais le parti va conclure en ces termes : « A travers les élections couplées et les complémentaires, l’UPC a gagné la confiance de tous ceux qui aspirent aux changements économiques, sociaux et politiques. Nous prenions l’engagement de toujours mériter cette confiance ».

Wendyida Germaine KERE

Pour Burkina24.com

Il y a 1 commentaire

  1. Bien relay? Cher cons?ur!
    L'UPC est donc redevable au peuple burkinab?. J'esp?re qu'il honorera ses engagements conform?ment ? son projet de soci?t?, pour un Burkina plus juste et prosp?re.

    David, depuis Bamako

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre