Eau et assainissement : La première évaluation du PN-AEP disponible.

531 0
Le PCA du SPONG, Yongo Nignan
Le PCA du SPONG, Yongo Nignan

« Mesurer le niveau de satisfaction auprès des bénéficiaires  des ouvrages réalisés durant la période 2007-2010 en vue de disposer d’éléments pertinents pour l’amélioration des phases ultérieures du Programme national d’approvisionnement en eau potable et d’assainissement (PN-AEPA) ». C’est l’objectif visé par l’enquête réalisée par le bureau Pro Consult du 6 au 20 janvier 2012 dans 6 communes rurales sur initiative du Secrétariat permanent des Organisations Non Gouvernementales (SPONG).  Les résultats de cette évaluation ont été présentés le 27 février au cours d’un atelier de restitution à Ouagadougou.

Madi Sawadogo du bureau Pro Consult présentant les résultats de l'enquête
Madi Sawadogo du bureau Pro Consult présentant les résultats de l’enquête

Améliorer l’accès à l’eau potable, l’hygiène et l’assainissement est un des défis à relever sur lequel la société civile a un rôle à jouer pour amener les populations à prendre conscience de la question. C’est fort de cette mission que le SPONG a commandité une enquête indépendante en vue de cerner le point de vue de 1077 bénéficiaires des réalisations du PN-AEPA (2007-2010) visant la réduction de moitié d’ici à 2015 de la proportion des personnes n’ayant pas un accès adéquat à l’eau potable et à l’assainissement en 2005, selon les critères, normes et indicateurs adoptés en la matière.

Les 6 communes rurales concernées par l’étude sont: Baskouré, Ziga, Kindi, Boni, Foutouri et Banzo. Pour Madi Sawadogo du Bureau Pro Consult, l’enquête a montré que la satisfaction est plus ou moins au rendez-vous mais des recommandations ont été faites pour améliorer les deux autres phases du programme (Cf. http://www.spong.bf/).

Les résultats seront mis à la disposition des politiques   pour améliorer les prochains programmes, a confié le président du conseil d’administration du SPONG, Yongo Nignan. Il a assuré que cette étude témoigne de la volonté d’opérationnaliser la vision du SPONG qui est d’avoir “une société civile burkinabè forte et dynamique, travaillant en synergie pour influencer les politiques publiques de développement en vue d’une société juste, équitable et démocratique“.

Wendyida Germaine KERE pour Burkina24

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *