Mercure de la semaine : Joies et peines d’un festival et carton rouge à l’ONATEL

551 0
Ph.B24
Ph.B24

Le mercure de cette semaine a été marqué par le Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO). Un festival qui a eu ses instants de joie et de peine, dans un climat aride en connexion Internet.

Le FESPACO des libertés

Ce FESPACO pourra se gargariser de s’être fait aimer par les défenseurs des droits de l’homme. Deux films,  celui sur l’assassinat du Congolais Floribert Chebeya et « MEME PAS MAL » de la Tunisienne Nadia El Fani, tous deux censurés dans leurs pays respectifs, ont été diffusés au « Pays des Hommes intègres ». Chose qui créditera le festival d’un certain respect des libertés.

Le FESPACO des brochettes de viande

Mais tout n’a pas été que rose. Le FESPACO est le festival des films. Mais les Ouagalais ont préféré son côté nettement plus gastronomique et emplettes. Le Marché international du cinéma africain et les salles de projection n’ont pas eu l’affluence de la Maison du peuple et du village FESPACO où les grillades de viande l’ont disputé aux pagnes et autres marchandises qui n’ont rien à voir avec les bandes d’images. Le stade du 4-Août n’a également pas démenti ce peu d’intérêt des Ouagalais pour les films. Restent en mémoire ces images de la RTB dans lesquelles des cinéphiles ont affirmé n’avoir rien compris au film qui a justement remporté l’Etalon d’or de Yennenga.

Le FESPACO des badges discriminatoires

L’autre aspect qui n’a pas été rose lors de ce FESPACO, c’est le cafouillage qu’ont dénoncé nombre de festivaliers et d’observateurs sur la question des badges. Des festivaliers n’ont pas fait le déplacement de Ouaga par défaut de ces petits carrés, pendant qu’au plan national, une discrimination manifeste a régné dans la délivrance de certaines catégories de badges à … certaines catégories d’organes de presse. La presse en ligne a été le  plus touchée par cette discrimination, obligeant celle-ci à devoir débourser pour faire les reportages sur les films projetés.

Le Sénégal a misé et a gagné

En espérant que cela ne se répètera plus, le pays primé a donné une bonne leçon au Burkina Faso et a traité à lui seul le thème de ce FESPACO, « Cinéma africain et politiques publiques ». Le Sénégal a démontré qu’un cinéma ne peut relever des défis s’il n’est financièrement soutenu par des mécènes, dont l’Etat. Le gouvernement sénégalais a décidé de soutenir son cinéma en permettant à ses cinéastes d’avoir tous les fonds dont ils ont besoin pour tourner leurs films. Le résultat est parlant (six trophées plus le plus convoité) et la leçon est à appliquer.

Carton rouge à l’ONATEL

On ne peut terminer sans donner ce carton rouge à l’ONATEL (Office national des télécommunications) qui a donné une mauvaise image du Burkina quant à son adaptation aux technologies de communication. Cela fait plus d’une semaine qu’une bonne partie des Burkinabè ne disposent plus de téléphone et de connexion Internet et ce, tout au long du FESPACO. Qui de droit pourrait  répondre que cela est dû à la grève du personnel. Mais quelle est cette entreprise responsable qui peut accepter que ses employés cessent le travail pendant tant de temps sans y trouver une solution ?

La Rédaction

 

 

 



Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *