Assassinat de Bernadette Tiendrébeogo: Le film d’une relation amoureuse à un assassinat prémédité

301 13

Comme Jamal Belmahi, meilleur scénariste de la 23e édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO), la procureure générale du Burkina Faso, Honorine Méda/Dabiré a relaté, le 11 mars 2013 au ministère de la Justice, le film de la relation amoureuse du caporal Bahanla Lompo et de Feu Bernadette Tiendrébeogo de 2007 jusqu’à l’assassinat de cette dernière dans la nuit du samedi 9 mars 2013.

« En 2007, le caporal Bahanla Lompo du Régiment de sécurité présidentielle (RSP) a connu Feue Bernadette Tiendrébeogo. A partir de 2009, ils auraient vécu en concubinage mais selon les déclarations du caporal, il avait remarqué qu’elle rentrait tardivement et avait changé de comportement. En 2012, le caporal a été admis en stage pour obtenir le grade de sergent et mademoiselle Tiendrébeogo a rejoint sa famille paternelle. Par la suite, elle a obtenu un emploi d’hôtesse à Niamey. Le 31 décembre 2012, ils auraient eu un entretien et la fille lui a annoncé la rupture de leur relation. Le 7 mars 2013, le caporal apprenait que la victime est rentrée au Burkina Faso. Le 9 mars 2013, il lui rend visite au domicile paternel et celle-ci lui signifiait une fois de plus qu’elle ne voulait plus de lui. Dépité et énervé, il retourne chercher une arme (kalachnikov) qu’il camoufle soigneusement et fait le guet non loin du domicile paternel de la fille pour surveiller ses allées et venues. Puis, après s’être assuré qu’elle était là, il s’approche et demande à la voir et sa sœur lui répond qu’elle dormait. Entre temps, la fille s’apprêtait à sortir. L’ayant vu et sentant le danger, elle s’enfuit pour se réfugier dans la chambre de son père où elle s’enferme à double tour. Il la poursuit, tire sur la serrure et réussit à rentrer dans la chambre. Il trouve la fille accroupie et tire des coups de feu sur sa tête et s’enfuit ».

Et fin tragique de mademoiselle Bernadette Tiendrébeogo.

Wendyida Germaine KERE pour Burkina24 

Il y a 13 commentaires

  1. Dans ce cas, je penses qu'il doit aussi ?tre ex?cut? pour servir de le?on aux autres qui sont en tenu, qui sont sans formation morale, id?ologique et psychologique…

    Ici, il n'est plus question de Droit Humain puisque la pauvre Bernadette n'a pas un droit d'animal…Elle aussi doit jouir des Droits Humain comme tout le monde..

    Les femmes au Burkina doivent ce m?fier des hommes en tenu alors et quand ils seront tous des c?libataires, ils chercheront une autre solution ? leurs mani?res de r?soudre les indiff?rences…

  2. esce qu'il n'existe -il pas des non dits dans la formation des militares? les formateurs devraient avor honte des resultats des form?s. ils doivent jetter l'eponge. triste mais reel dans nos socit?. evitons de recruter les militaires sans nivo et aussi les drogu?s. nos autorit?s sont complices car ils encourage de tels agissements ? travers la justice, il merite etre pandu publiquement. paix ? l'?me de la regrett?e.

  3. Si la malheureuse fille avait ?t? la fille d’un militaire le procureur n’aurait peut-?tre eu son mot ? dire ! Le drame est d’avoir ? d?plorer les exactions de militaires sur des civiles depuis 87 comme il n’y en avait jamais ?t? constat? avant cette date ! Relev? de s?curit? pr?sidentielle ne donne aucunement droit ? se servir des armes du peuple pour l’assassiner ! Bien s?r, on sent de loin le plaider “crime passionnel” pour att?nuer le poids de la sanction; mais comme, la peine de mort existe au BURKINA, ex?cuter un du RSP pour monter qu’ils ne sont pas plus militaire que les autres et, encore moins super-citoyen permettrait de recadrer les ?l?ments de ce corps: leurs forfaits commencent ? compter !

  4. Quand on est conscient que sa vie est importante pour r?aliser ses r?ves de grande personnalit? dans sa fonction, on se m?fie de tuer son prochain quelque soit la raison, car qui tue sera tu? et quand on est tu?, on met fin ? ses r?ves. Ce militaire aurait control? sa col?re, car quand une porte du bonheur est ferm?e, une autre se trouve ouverte pr?s de vous. donc, il ne faut pas de tuer son ex ? cause d’une rupture. ce militaire est aveugle; il n’a pas la porte ouverte et il paiera le prix de sa c?cit?. Les assassinat des citoyens par les militaires sont trop dans ce pays l?. Pour arretez ?a, c’est simple: si un miliatire tue un citoyen avec une arme, qu’on utilise cette m?me arme pour le tirer ? bout portant publiquement. Vous verrez de cette mani?re aucun militaire ne s’hasardera plus ? utiliser une arme, qu’on lui a remise pour d?fendre et prot?ger le peuple en temps de guerre, pour assassiner des personnes sans arme pour un oui ou un non. Que justice se fasse pour la regrett?e!!!

  5. si chacun devait tuer son ex compagne sur la simple raison d'une rupture, je crois qu il n'y aurait plus une fille sur la terre! cela confirme la th?se qui stipule que:"un militaire sans formation politique et id?ologique, j'ajouterai m?me sans formation morale, est un criminel en puissance".

  6. c’est vraiment de l’animosit?,le comble de la barbarie. Je suis decu du comportement des militaires. ceux l? qui sont sens?s defendre le citoyen mettent en peril la vie de celui-ci. je me demande ce qu’on leur apprend ? l’?cole de formation. J’interpelle l’Etat ? ?tre regardant sur ce phenom?ne qui va grandissant au sein des corps habill?s du faso. ils ne sont pas les seuls ? avoir les sentiments. Que chacun apprenne ? controler ses sentments car c’est la seule diff?rence entre l’Homme dot? de conscience et l’animal.

  7. Vraiment c’est tres choquant! Moi ma fille ne va jamain se mari?e avk un militaire ber? rouge! ils sont trop barbare c? gens l?…perdre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre