Ministère des enseignements secondaires et supérieurs : Les directeurs généraux à l’école des projets

159 0
le ministre Moussa Ouattara (à droite) face aux cadres de sa structure ©Burkina 24
Le ministre Moussa Ouattara (à droite) face aux cadres de sa structure ©Burkina 24

 

Le ministre des enseignements secondaires et supérieurs  du Burkina Faso, Moussa Ouattara, a procédé à l’ouverture de la session de formation des cadres de sa structure aux techniques de montage de projets,  le lundi 11 mars 2013 à Ouagadougou.

Durant 5 jours les cadres supérieurs du ministère des enseignements secondaires et supérieurs se retrouvent pour échanger sur le thème : « les techniques de formations et de formulation de projets » sous la houlette du formateur,  Albert Ouédraogo. L’objectif principal de cette session de formation des directeurs généraux et centraux du ministère est selon le ministre Moussa Ouattara, d’ « augmenter les capacités techniques et opérationnelles des agents ». Dans ce domaine précis de montage de projet, les participants sont amenés à assimiler 6 modules. Ces modules vont de l’identification du projet en passant par la conception, la validation, la rédaction et la planification opérationnelle du projet, a  expliqué  Albert Ouédraogo.

Des directeurs généraux et centraux du ministère
Des directeurs généraux et centraux du ministère ©Burkina 24

Cela dit, au sortir de cette formation tous les participants devront être à mesure d’élaborer des projets qui vont dans « le sens de l’offre éducative, dans le sens de l’accompagnement social des élèves et des étudiants et dans le sens du recrutement du besoin des ressources humaines pour palier l’insuffisance d’enseignants » selon le souhait du ministre.

Pour le ministre Moussa Ouattara, il était important de procéder à une série de formations des  cadres afin de les rendre plus opérationnels  après qu’il ait pris connaissance du ministère et surtout de ces insuffisances.

Dans  un gouvernement inondé de projets souvent mort-nés, il est nécessaire de former les cadres aux montages de projet, mais il faudra surtout penser à comment financer effectivement les nouveaux projets qui sont après tout une dynamique de ceux en panne financière déjà existants.

Salifou OUEDRAOGO pour Burkina 24

 

 

 

 

 

 

 

salifbf

Journaliste-Reporter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre