Coup de gueule : A l’ONATEL, il faut attendre sept jours pour se faire dépanner !

172 9

ONATELTrois semaines sans téléphone ni connexion Internet dans un pays où le gouvernement se targue de ne plus travailler avec le papier. C’est le calvaire que subissent actuellement votre journal Burkina 24 et plusieurs de ses voisins qui sont privés de leur droit de téléphoner et de se connecter au monde par l’Office national des télécommunications (ONATEL).

Au début, cette panne avait été liée à la grève déclenchée au sein de l’opérateur pendant le FESPACO. Mais la grève est levée depuis belle lurette. La direction de Burkina 24 s’est d’abord adressée à une agence. Là, on lui a indiqué que les agences ne gèrent plus les pannes et qu’il fallait se référer à la direction centrale. Un numéro « vert » a même été affecté à cet effet. Le 190.

Au premier appel de la direction de Burkina 24, on lui a répondu au bout du 190, « merci pour l’information, une équipe technique sera bientôt sur place ». Le lendemain, aucune blouse bleue   à l’horizon. Au second appel, la réceptionniste au bout du fil a répété la même phrase suivie du même effet. Au troisième appel, celle-ci  s’est permis de s’agacer, trouvant qu’on en faisait un peu trop.

Sept jours ouvrables !

Au quatrième appel, elle a simplement signifié que lorsqu’un client ONATEL signale une panne, il lui faut attendre … sept jours pour se faire dépanner. Et pas n’importe lesquels : sept jours « ouvrables » s’il vous plaît ! C’est-à-dire que les samedis et les dimanches ne sont pas éligibles dans ce délai !

Autrement dit, si vous avez une panne avec ONATEL, vous pouvez estimer que vous perdrez sept jours d’appels et de connexion Internet, donc sept jours de pertes sèches. Pourtant, à la fin du mois, il n’est pas question d’accuser ne serait-ce qu’une heure de retard pour payer vos factures de téléphone et de connexion Internet.

Le laxisme a-t-il été aussi privatisé ?

L’Etat burkinabè se serait-il trompé de formule de gestion ou plutôt de client ? Il est temps que la question soit sérieusement étudiée et qu’une réponse adéquate soit trouvée. Les plaintes et les dysfonctionnements commencent à trop s’accumuler dans la besace de l’ONATEL. Les droits des clients ne sont pas respectés et le dommage est d’autant plus grand que cet opérateur reste encore le principal et le seul capable de fournir la seule connexion Internet de qualité acceptable au Burkina. L’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP) est interpelée.

La Rédaction

NDLR : La connexion et le téléphone viennent d’être rétablis ce mercredi 13 mars 2013 aux environs de 11h. 

Il y a 9 commentaires

  1. et comme ca on dit qe la privatisation a reussi au Burkina.les marocains sont venus pour chercher leur gain,pas plus.le gouvernement a pris les 144 milliards bouffer si bien qe personne ne peut broncher.LA HONTE

  2. j’aime mon pays mais franchement nos reseaux de telecommunications et leurs services sont mediocres et en plus de cela execivement cher sans parle de la lenteur du debit de connection

  3. Ce qui me decouge d’avantage c’est que le pouvoir parle de E-gouvernement de numerique partout mais n’en fait rien pour le rendre r?aliste. C’est dire que ya un paradoxe entre ce qui est pronner et ce qui se fait sur le terrain maintenant je me demande si ceux qui gouvernes sont conscients de ce qu’ils font. La question se pose d’autant plus que le 21?m siecle est proclam? celui du numerique ya pas de raison qu’on assiste ? de tel derapages. Comment un Pays comme le Burkina n’a qu’un seul reseau de service INTERNET. Je trouve que cela est un syst?me pour verouiller la libert? d’expression ou celui de la presse. C’est inimaginable que soit continu dans un pays ou le numerique est pronner et le e-gouv exalter.

  4. Bonsr je voudrais que l’onatel prend ses responsabilit?s pour satisfair ses clients . investir pour avoir des nouveau apareils

  5. Le Burkina s’est fait arnaqu? par Maroc telecom. Au lieu d’aller chercher l? o? on a cr?? telecom l?, vous partez chercher apprenti sous-traitant pour faite internet. Pauvre Burkina !

  6. Le fils de la tante |

    Ah… Bienvenue dans le club des anti ONATEL! nous on a du couper tous les services avec eux, par ce que ca devenait l’incarnation de la foutaise! Tous les mois, une facture arrive, alors que depuis plus de 2 ans, on a au maximium 2 mois ou le telephone est fonctionnel, internet, on n’en parle pas! Et j’en connais plus d’un dans le cas!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre