Le PDC de Saran Séré Sérémé désormais au front pour le Changement

446 5
Saran Séré Sérémé, présidente du PDC, forte du soutien de Zéphirin Diabré, à ses côtés ce samedi 16 mars. Ph.B24
Saran Séré Sérémé, présidente du PDC, forte du soutien de Zéphirin Diabré, à ses côtés ce samedi 16 mars. Ph.B24

Le Parti pour le Développement et le Changement (PDC) de Saran Séré Sérémé s’est lancé officiellement dans le combat pour le changement au Burkina Faso. Le signal en a été donné par une journée de réflexion organisée ce samedi 17 mars 2013 sur le thème du changement et qui a été l’occasion d’une première rencontre avec les militants  et sympathisants de la nouvelle formation politique.

Ce samedi 16 mars 2013 compte parmi les grandes dates pour le dernier né des partis politiques au Burkina, le PDC. La journée de réflexion organisée par le parti sur le thème principal du “changement comme défi du développement équitable et harmonieux du Burkina Faso” a sonné comme une rentrée politique mais surtout comme un baromètre politique pour sa fondatrice, Saran Séré Sérémé.

Après sa création, le parti se lance officiellement dans l’animation de la vie politique et dans la formation des citoyens, conformément aux missions constitutionnelles assignées aux partis politiques. Et pour le PDC, le front choisi est celui du changement, nécessaire pour atteindre un développement équitable.

Le changement ne se décrète pas” a-t-elle lancé en explicitant qu’il s’agit du changement de mentalité et de comportement. En introduisant le panel, la présidente du parti a rappelé le contexte international mais surtout sous-régional qui commande ce changement. En l’occurrence les différentes crises politiques qui secouent les pays de l’Afrique de l’Ouest doivent interpeller les acteurs politiques et les citoyens.

“Ça y est ! Yennenga est de retour !”

A propos de  la désaffection des citoyens vis-à-vis de la politique, l’un des quatre thèmes développés par d’éminents conférenciers, Saran Sérémé s’est montrée militante de l’engagement  politique des femmes. Devant un parterre, à majorité féminin, de militants et sympathisants  de la nouvelle formation politique, mais aussi d’hommes politiques de l’opposition venus témoigner d’un soutien “franc et massif” à l’initiative, Saran Sérémé a réaffirmé sa détermination à se battre en politique. ” Je suis déterminée, encore plus déterminée qu’avant” malgré les intimidations et les menaces de toutes sortes, a déclaré celle que Zéphirin Diabré qualifie de “Yennenga de retour”.

Le chef de file de l’opposition entrant n’a pas manqué de saluer “l’acte politique rare dans notre pays qu’elle a posé”. Une allusion au départ fort fracassant de Saran du CDP et à la création de son propre parti politique. Cependant, a clarifié l’ancienne militante du CDP, passée à l’opposition: “Nous n’avons de problème avec personne. Nous pensons que chacun a son mot à dire dans ce pays”.

Justin YARGA

Pour Burkina 24

 

Justin Yarga

Journaliste web qui teste des outils de Webjournalisme et datajournalisme, Media strategy consultant.

Il y a 5 commentaires

  1. Y a des gens qui sont pessimistes? Finalement, les burkinab? ont peur du changement! A de voir le traitre partout dans l'opposition, on r?unit les conditions du non changement? Que d?sirons-nous alors lorsque que nous crions que la mis?re gagne du terrain, que la corruption gangr?ne la vie ?conomique, que l'?ducation est devenue un luxe, etc. Accordons ? ce nouveau parti "le b?n?fice du doute" et observons "Yennega de retour".

  2. Je pense qu’il faut l’accepter(Saran S?r?m?) car l’opposition grandit aussi gr?ce aux d?fections des militants du CDP. Elle apportera surement ? l’opposition non seulement son exp?rience politique mais aussi ce qu’elle sait du CDP. Elle enrichira certainement la strat?gie de lutte contre la mastodonte de CDP. Il faut que le CDP maigrisse pour que l’opposition croisse. ?a c’est logique. si vous observez les printemps qui on emport?s les r?gimes monarchiques et dictatoriaux du Magreb, ce sont les d?fections au sein du r?gime qui ont affaibli le syst?me et contribu? ? sa chute. Salif, Roch, Simon,Juliette…, le peuple vous attend. Venez et imprimons le changement!

  3. Incroyable!!! Je n’arrive pas ? comprendre le Burkinab?…Et avec ?a, vous vous plaignez tout le temps que ?a ne va pas, et quand quelqu’un vous dit vouloir se sacrifier pour vous, au lieu de l’encourager, vous l’insulter! A cette allure, notre sauveur ne viendra jamais….Sankara disait:”l’esclave qui n’est pas capable d’assumer sa r?volte, ne m?rite pas qu’on s’apitoie sur son sort.Cet esclave r?pondra seul de son malheur s’il se fait des illusions sur la condescendance suspecte de son ma?tre qui pr?tend l’affranchir… Seule la lutte lib?re”. Encourageons-la ? poursuivre la lutte en la soutenant pour notre lib?ration. Si elle nous trahi, elle en aura pour son compte, et cela devant nous tous, pour servir de le?ons ? qui voudra se foutre du peuple.

  4. De qui se moque-t-elle ? Quand elle ?tait au CDP , elle ne parlait pas de changement . Ce cirque , c’est pour emberlificoter le peuple . CDP = PDC .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre