Université de Ouagadougou : les années antérieures à l’année académique 2012/2013 seront blanchies

202 3

Au cours de cette rencontre avec les étudiants, qui ne voulaient surtout pas entendre parler de blanchiment de l’année, le sujet est bel et bien tombé sur la table. Le gouvernement est décidé à blanchir l’année académique. Nous vous proposons un extrait du discours du Premier ministre qui n’a pas pu être prononcé intégralement.pm1

 

« Voici les principales projections que nous nous fixons

Normalisation des années académiques et du calendrier universitaire

Dans certaines filières de l’Université de Ouagadougou et pour quelques promotions d’étudiants, nous sommes en réalité dans une année blanche de fait, car il est impossible de rattraper deux à trois années de perdu. C’est pourquoi nous avons décidé de recourir au blanchissement technique des années antérieures à la rentrée 2012/2013 dans l’espoir de normaliser la situation au plus tard à la rentrée 2015/2016.

Les évaluations ont été faites dans ce sens et nous donnent la situation suivante : 9 261 étudiants sur un effectif total de 23 447 de l’Université de Ouagadougou sont susceptibles d’être touchés par cette mesure. Des  mesures  ont été prises pour minimiser l’impact de cette décision académique sur la carrière des étudiants et leurs conditions de vie. Les mesures d’accompagnement concerneront le renforcement en ressources humaines, la réorganisation des activités pédagogiques et la fixation d’un calendrier académique non modifiable, autant que possible, et l’adaptation de la mise en œuvre de la réforme LMD.

Ainsi le gouvernement débloquera  environ 710  000 000 F CFA pour compenser des retards de bourses, prêts ou aides gelés pour des faits de résultats non présentés ».

Propos recueillis par Salifou OUEDRAOGO

Pour Burkina24

salifbf

Journaliste-Reporter

Il y a 3 commentaires

  1. Bjr chers amis etudiants ! L heure est pour nous de reflechir a tout acte qu?on doit poser car tout va revenir sur nous. Ceux qui sont devant ne sont plus etudiants et si nous remarquons leurs enfants ne sont pas ici…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre