Cinéma : Le premier film des élèves du lycée Philippe Zinda Kaboré à l’écran

477 0
KISSOU A. Chantal (Myriam) © Burkina 24
Kissou A. Chantal, l’interprète de  Myriam © Burkina 24

Le Burkina Faso est un pays où le cinéma connaît un regain de popularité grâce au FESPACO. Cet évènement phare suscite également des vocations au sein de la jeune génération qui a besoin de s’exprimer, avec les divers moyens qu’offre la technologie. Au lycée Philipe Zinda Kaboré, les élèves se sont essayé au cinéma. Et ce mardi 19 mars 2013, c’est une œuvre de belle facture qui en est sortie.

Myriam et Alex est le titre de ce film de 45 mn que les élèves du « Noble Zinda » ont mis à la disposition des cinéphiles. Cette production cinématographique relate les relations de parents démissionnaires face à l’éducation de leurs enfants.

Regard d’élèves sur leurs parents

Myriam et Alex sont deux élèves qui s’investissent très peu dans leurs études. Face à un père entrepreneur et une mère qui parcourt le monde, l’éducation de deux enfants est en train d’échapper à leurs parents : les notes du premier trimestre n’augurent rien de positif pour ces élèves en classe de Terminale.  Pour les punir, leurs géniteurs décident de les amener au village afin qu’ils apprennent la rigueur de la vie de campagne. De cela, les deux protagonistes en auront bien profité. Leurs multiples échanges avec leur oncle et leurs cousins ont porté leurs fruits : ils décrocheront leur baccalauréat à la fin de l’année.

Quand les élèves font du cinéma

La réalisation de ce film fut un gigantesque exercice pour l’ensemble des élèves qui ont pris part au projet à travers leur Ciné Club Fanta Régina Nacro dont le président, Nicolas Ed Batiébo a relevé que  le scénario est né de l’œuvre d’élèves de promotions précédentes sous la houlette de monsieur Missa Siribié, enseignant de français dans ledit lycée.

Ce scénario a aussi remporté le prix du meilleur scénario organisé par le Ministère des enseignements secondaire et supérieur en 2009. Pour le tournage, en plus des acteurs, les élèves se sont constitués en plusieurs équipes et se sont joints aux différentes équipes techniques pour assimiler les différents aspects de la chaîne de production d’un film.

Bientôt une série télé

Malgré les difficultés, l’enthousiasme de tous les membres du Ciné Club a donc été un moteur très salvateur pour la réalisation de ce projet. Selon le proviseur, cette initiative vise à faire naître des vocations dans l’esprit des élèves. Il a décliné d’autres projets à venir dans le domaine cinématographique, dont la réalisation d’une série par les élèves. Pour cela, il en appelle aux bonnes volontés pour que l’amour du 7e art porte davantage de fruits dans l’esprit de ses élèves.

L’apport des grands

A leur côté, en plus du soutien de leur marraine (Fanta Régina Nacro), les élèves ont eu l’appui d’une grande figure du cinéma burkinabè, Gaston Kaboré et de sa structure Imagine. Un acteur confirmé qu’est Oumar Barou Ouédraogo et le réalisateur Serge Bagré ont apporté leur touche au projet. De  l’équipe du corps des encadreurs, monsieur Palenfo Sié Pierre, censeur dans ce même lycée a joué le rôle des deux acteurs principaux.  Un véritable engouement que la naissance de projets de films dans les milieux scolaires. La vocation, c’est à la base qu’il faut l’entretenir.

Rialé 

Pour Burkina 24 

bktso1

Rialé est artiste-comédien et résidant a Ouagadougou.

Il y a 1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre