Roukiata Ouédraogo: De Ouaga à Paris, originale jusqu’au bout !

532 6
Roukiata Ouédraogo. Ph. Roukiata
Roukiata Ouédraogo. Ph. Roukiata

« Bonjour, je suis originaire du Burkina Faso et je vis à Paris depuis 13 ans maintenant. Je suis comédienne hein ! Donc ben voilà ! (…rire) Comédienne dans l’âme ». Cette femme pleine d’énergie s’appelle Ouédraogo Roukiata, « petit modèle » de la scène théâtrale, bien connue des Ouagalais avec « Ouagadougou pressé » qui s’est joué au CENASA le 14 février (fête de la saint Valentin, fête des amoureux) et à l’Atelier Théâtre Burkinabè (ATB) le 22 février et le 02 mars derniers. Avant son départ en France, elle a bien voulu partager son quotidien de vie avec nous. Mais chaleur de mars oblige, c’est le bord de la piscine de l’hôtel Azalaï qui servi de cadre à notre entretien. 

Burkina 24 : Quel est le quotidien de Rouki ? 

Roukiata Ouédraogo (R.O) : Mon quotidien est tout aussi simple que le quotidien de tout le monde bien que parfois bousculé. Je n’ai pas de jours pour travailler. Dans la semaine, je peux travailler tous les jours, comme je peux aussi ne pas travailler. Tout dépend des contrats que j’ai signés ou des activités que je mène.

Un thé pour commencer la journée

Mais je tiens absolument à ne pas me laisser aller. Donc j’essaie de me réveiller le matin, c’est sûr qu’à 9h, je suis debout. Ma journée commence par un verre de thé. Je ne mange pas beaucoup le matin parce que je n’y arrive pas. J’attends vers 11h, je grignote un petit truc, beaucoup de fruits de préférence.

“Mon rêve est de visiter l’Asie en 2014″

J’adore cuisiner aussi, donc j’essaie de faire des bons petits plats à mes heures libres. En passant, il faut noter que j’adore beaucoup la cuisine africaine. En effet, j’essaie  d’inventer quelques mets africains tout en les européanisant. Je fais de petites créations de nourritures comme ça. J’associe plein de saveurs et de mélanges. J’adore, en outre, beaucoup la cuisine asiatique qui se rapproche de la cuisine africaine.

Entre parenthèses, je ne connais pas encore l’Asie mais je compte l’année prochaine y aller pour découvrir ce beau continent.

B24 : Comment se maintient une fille qui n’a pas le visage de son âge? 

R.O : Le soir, je fais beaucoup de sport. Je cours le matin (footing) et si je n’ai pas pu le faire, le soir chez moi à la maison je fais des abdominaux,  la corde à sauter et des petites pompes pour me maintenir. Je dois aussi ajouter que je sors de temps en temps le soir là où le vent m’amène. Soit à des concerts, aux café-théâtres, au cinéma pour rencontrer d’autres comédiens, les voir jouer et m’inspirer de leurs mises en scènes des spectacles.  Pour ma carrière et pour mon propre plaisir. En vérité, c’est très important dans ce métier, on apprend toujours. Moi j’écris mes pièces, je crée et je participe à la mise en scène avec mon compagnon Stéphane Eliard. C’est toujours bien d’aller apprendre parce qu’on n’a jamais fini de le faire. Et avec les autres, on apprend beaucoup.

Roukiata Ouédraogo. Ph.Roukiata
Roukiata Ouédraogo. Ph.Roukiata

Burkina 24 : Comment qualifier le style de Rouki, la Yennenga ?

R.O  : J’aime être originale et ce depuis mon jeune âge. Avant même que je ne parte en France, je dessinais moi-même mes modèles pour le tailleur. Je n’achète pas forcément des choses très chères. C’est bien vrai que ça m’arrive de me faire plaisir en m’offrant des chaussures, des sacs ou des manteaux coûteux; mais la plupart du temps, j’essaie d’aller dans ce qu’on appelle chez nous les friperies, parce qu’on y trouve des choses assez chic. Donc, j’essaie d’ajouter ma petite touche personnelle et quand je sors, c’est super. Super parce que c’est du recherché et je suis la seule à porter ça. D’où toute l’originalité avec la créativité Roukiata.

B24 : Quel est le secret de l’apparence si jeune de Roukiata ?

Marcher 15 kilomètres, ça détend et ça change les esprits

R.O : D’abord, je ne fume pas, je bois beaucoup de thé (des tisanes comme le thé au gingembre), je mange beaucoup de légumes, j’adore tout ce qui est légume à la vapeur en non bouillie parce qu’à la vapeur, il conserve ses éléments nutritifs importants. Je bois aussi beaucoup d’eau. Mais de temps en temps, je me permets quelques écarts.

Je bois du champagne et le bon vin aussi. Je suis une épicurienne. Disons que j’achète les choses moi-même, je prépare moi-même. Parfois je me fais plaisir en allant dans des bons restaurants. Je fais aussi le sport surtout la marche avec mon mari qui est très sportif. Marcher par exemple 15 kilomètres, ça détend et ça change les esprits.

B24 : Comment s’est passé ton séjour au Burkina et comment Roukiata voit sa carrière ? 

RO : J’ai vraiment adoré l’accueil qui a été tout au moins chaleureux à Ouagadougou, aussi bien les spectateurs que les journalistes. Franchement, je suis très très ravie. Maintenant, j’aimerai améliorer le côté cinéma. Je fais appel à tous les réalisateurs qui vont voir mon article parce que j’ai l’expérience avec le court métrage. J’espère que ça va rebondir pour moi et que je pourrai bien vivre de mon art toute ma vie.

Entretien réalisé par Wendyida Germaine KERE

Pour Burkina 24

Il y a 6 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre