Mercure de la semaine : Burkinabè à l’extérieur et oubliés

168 5

DIASPORAPlusieurs Burkinabè sont morts hors des frontières du pays lors d’affrontements sur un site d’orpaillage entre Burkinabè et Maliens les 5 et 6 mars 2013 à Diabougou dans l’Est du Sénégal. Ces affrontements sont nés d’une rixe entre un Malien et un Burkinabè au cours d’une soirée dansante.

Communication lacunaire

La gestion de ce fait a été pour le moins insuffisante par les autorités burkinabè. Sur le plan communicationnel, les informations véhiculées par les médias ont vite fait de verser les Burkinabè dans la confusion. En effet, dès les premières heures des affrontements, qui  ont tourné à une chasse aux Burkinabè par les Maliens, six  à neuf morts, tous Burkinabè, avaient été annoncés.

Combien de Burkinabè sont-ils morts à Diabougou ?

Quelques jours plus tard (le 20 mars 2013), l’ambassadeur du Burkina au Sénégal, Hyppolite Ouédraogo, affirmait dans la presse sénégalaise que ce chiffre s’élevait à plus de 20 morts. Combien de Burkinabè sont-ils finalement morts sur le sol sénégalais ? Ensuite, qui les a tués ? Puisque l’ambassadeur parle « d’hommes de tenue  venus de l’autre côté de la frontière » du Mali. Insinuerait-il que des forces armées maliennes ont attenté à la vie de Burkinabè ? Si cela est avéré, quelle suite ?

Ensuite,  on peut déplorer qu’au Burkina Faso, aucune déclaration, aucune réaction, publique en tout cas, du ministère en charge des Affaires étrangères n’ait été signalée. Pour moins que 20 morts, des deuils nationaux ont été décrétés.

Burkinabè laissés à eux-mêmes

L’ambassadeur a ensuite avoué n’avoir pas la possibilité d’agir pour rapatrier les Burkinabè restants et que ce rôle appartenait au gouvernement burkinabè. Quel est donc son rôle là-bas au Sénégal ? Et qu’attendait le gouvernement burkinabè pour réagir ? Que faisait-il pour empêcher les tracasseries que subissaient ces Burkinabè obligés de traverser le territoire malien pour revenir au bercail (puisque la mine est fermée) et que l’ambassadeur Ouédraogo a également évoquées ?

Revoir le sort des Burkinabè de l’extérieur

Le contraste est saisissant. Les Occidentaux se précipitent au chevet de leurs compatriotes qui vivent à l’extérieur dès qu’un seul cheveu de ces derniers est en danger. Les Américains, les Français, les Asiatiques sont capables de remuer le ciel et la terre pour un seul de leur concitoyen. Mais au Burkina, la mort de plus d’un Burkinabè ne semble émouvoir personne. Autrement dit, dès que vous franchissez les frontières de votre pays, n’attendez pas forcément que votre chère patrie vienne à votre secours si vous êtes en danger.

Le retour du bâton

La presse a longtemps  révélé que des Burkinabè croulaient dans les geôles équato-guinéennes. Il a fallu que certains d’entre eux fassent appel dans la presse pour que le gouvernement réagisse. A passer sous silence les Burkinabè victimes de tant d’exactions en Côte d’Ivoire et dans plusieurs pays d’Afrique sans que les autorités ne bronchent. Pas étonnant que l’on craigne le vote des Burkinabè de la diaspora. Le retour du bâton pourrait être douloureux si la tendance ne change pas.

La Rédaction

 

 

Il y a 5 commentaires

  1. Tous ces dinosaures d?ambassadeurs sont des ami(e)s de Blaise plac?s dans ces pays mais ils ne font rien ? l’?tranger. Il est m?me terrible quand on veut simplement les voir. Toutes ces histoires de repr?sentants sont useless. Qu’ils/elles soient tous et toutes maudit(e)s.

  2. Quel article revelateur. Il etait temps que quelqu un nous revient sur ce sujet. Mais jusque la je n ai vu aucun Ambassadeur du Faso se preocuper vraiment des burkinabe de sa juridiction.Honteux non?

  3. en fait c'est le revers de la m?daille!!! des m?diations qui n'ont comme unique effet d'exposer nos compatriotes une fois hors des fronti?res du pays!! la majorit? des maliens nous soup?onnent d??tre de m?che avec les touaregs; et ils nous en veulent pour ?a!!!!<enlevons notre bouche des palabres inter-maliens et contentons nous de s?curiser nos fronti?res!<

  4. Bel article. En tous cas en tant qu’expatri? nous comptons sur vous (les m?dias) pour d?fendre nos int?r?ts. Courage ? B24

  5. Merci beaucoup a b24 pour ce article, etant un burkinabe a l’exterieur je connait ce qui se passe , consule, deleguees , conseillers superieur. tous pareil une vraie bande oganisee, que DIEU NOUS PROTEGE!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre