CHRONIQUE DU WEEKEND-Handicaps et défauts physiques : N’en ayez pas honte !

392 0

timthumb (3)Ce samedi, la Chronique du weekend prend un nouvel envol, vers des horizons de développement personnel. Nous vous invitons au partage chaque weekend. Le thème d’aujourd’hui : nos attitudes face à nos propres handicaps ou  défauts physiques.

Des problèmes génétiques, un accident, une maladie ou une malformation. Ce sont-là les causes courantes de défauts ou handicaps physiques. Rares sont les humains qui, après de longues années de vie derrière eux, en sont épargnés. Sur ce, vit-on mieux en ayant honte de son corps ? Assurément non ! Nous pouvons avoir honte d’un vêtement parce qu’il est incommode, d’un ordinateur parce qu’il est «  dépassé ». Mais pas de notre corps, un vêtement que l’on n’a pas choisi, mais que l’on porte à perpétuité, sans pouvoir remplacer.

Chacun de nous a déjà observé un handicapé mobile qui se gêne du regard des autres.  Il manifeste des signes extérieurs de honte, comme la baisse des yeux, la transpiration, les mouvements incontrôlés, l’énervement. C’est un poids psychologique qui remet en cause son droit au bonheur.

De la même façon, une femme obèse ou  un garçon nain peuvent se voir réduits en esclaves psychologiques. Par qui ? Par eux-mêmes, le plus souvent !

Voici donc quelques règles pour s’affranchir :

1-Reconnaissez que vous êtes égal aux autres

L’être humain n’est pas la somme de morceaux de chairs. Ainsi, un membre de moins ne fait pas de vous un sous-homme. Oscar Pistorius l’a démontré à travers ses talents, l’ancien président américain Franklin D. Roosevelt dirigeait assis un peuple debout,… les exemples sont légion. Rassurez-vous, une malformation ou un handicap ne rabaisse pas votre dignité d’Homme.

2-Que la dignité se dégage de votre être !

Ne pas avoir honte de soi, c’est cultiver la dignité. Et, en matière de handicap, la mendicité ou l’auto-isolement vous font perdre la dignité. Faites vous-même les choses normales autant que votre corps le permet : Aller prendre des cours vous-mêmes, pratiquer un sport adapté, rendre un service à autrui, etc.

3-Ne cachez pas ce qui ne peut l’être longtemps

Vous aurez davantage honte si vous échouez à cacher un défaut ou un handicap. Inspirez-vous de l’anecdote de l’homme qui, voulant mettre son diamant dans un lieu sûr, a trouvé une idée originale : Le cacher dans la poche d’un habile voleur. Si vous boitez, vous n’êtes pas le seul à le faire, ni le plus défavorisé des Hommes. Pensez-vous que tous les passants ont les yeux sur vous ? Non, vous exagérez. Alors, marchez à l’allure qui vous soulage le plus. Personne ne vous condamnera !

4-Votre réaction face à la raillerie

A l’école, au travail et même en famille, il arrive que l’on se moque de vous. Prévenez ces moqueries en évitant les débats qui tendent aux attaques verbales. Ne répondez pas à toutes les attaques (Sinon vous passerez votre vie à contre-attaquer). Mais lorsque l’attaque vous arrache votre sommeil, confiez-vous à un adulte sur place ou saisissez la justice.

Pour les gens qui ont seulement des défauts physiques, usez tantôt de franches  plaisanteries, tantôt d’attaques indirectes, pour réagir aux moqueries.

5-La précieuse confiance en soi

En toute circonstance, rappelez-vous que personne n’aura confiance en vous, si vous n’avez pas confiance en vous-même. Si vous croyez que votre handicap vous empêche de réussir, ce manque de confiance se répercutera sur votre comportement, votre langage,…votre destinée. On ne choisit pas d’avoir un handicap, mais on choisit d’être un handicap pour soi-même. Débarrassez-vous du doute infécond,  de la peur. Respirez à pleins poumons, et allez de plein droit à la conquête de votre bonheur. Vous gagnerez à coup sûr.

A samedi prochain !

Michel KONKOBO([email protected])

Pour Burkina 24

 

 



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *