Les histoires de Tanga : Détour amer à Ouaga 2000

237 0
(Photo d'illustration : panoramio.com)
(Photo d’illustration : panoramio.com)

En vérité, ce n’est pas partout que les voleurs vont voler. A Gounghin, Pissy ou Tanghin, il est facile pour des brigands de fractionner des portes ou des fenêtres pour dépouiller leurs prochains de leurs biens. Mais à Ouaga 2000, ce n’est pas certain.

Bakary l’a appris à ses dépens.

Dassasgho est devenu  fade

Après avoir écumé toute la zone de Dassasgho sans être inquiété une seule nuit, il se prit à penser qu’il devait changer de menu. Les portables à deux balles, les motos de quelques centaines de mille et les meubles en bois bas de gamme ne le méritaient plus.

Il lorgna vers  Ouaga 2000. Vers l’endroit  où rares de ses confrères ont mis une godasse voleuse. Sa philosophie est très simple : « là où les gens pensent que c’est caillou, c’est là-bas même que c’est  beurre de karité ! »

Cap sur Ouaga 2000

C’est ainsi qu’il cibla très vite sa cible. Une villa cossue dont les quatre coins et les mille recoins ne laisseront aucun œil indifférent. Il bourlingua dans les alentours de la bâtisse pendant deux bonnes semaines, histoire de s’habituer aux habitudes des habitants.

Seize jours plus tard, il mit sa stratégie en application. Ce soir-là, toute la maisonnée (quatre personnes plus le chien) partit pour une soirée mondaine.

Suffit d’endormir le vigile

 Bakary alla tranquillement vers le vigile, comme un vieil ami et partagea avec lui une bouteille de « tchapalo » qu’il prit soin de ne pas goûter lui-même. Le vigile enveloppé dans les bras de Morphée, Bakary entra dans la bâtisse dont la splendeur l’hypnotisa un moment.

Et le tour est joué !

Puis, il entra dans la maison. Prit tout ce qu’il pouvait ramasser et revint en sifflotant vers le portail, avant que 22h ne sonne, heure du retour des propriétaires.

Sauf que…

Mais quelle ne fut donc pas sa surprise de trouver à la sortie de la maison, cent hommes en treillis armés jusqu’aux dents qui braquaient d’un air pas content leurs « tueuses » sur lui.

Le chef s’ébranla vers lui et lui dit :

– Prochainement, pense aussi à saouler les caméras de surveillance !

Votre serviteur Tanga ([email protected])

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre