Universités de Ouaga: Blanchiment technique, système LMD …, l’ANEB dit non!

646 2

La situation dans les universités de Ouagadougou et Ouaga II ont fait l’objet d’un examen le 17 avril 2013 à Ouagadougou  par

Patrice Zoehinga et ses collaborateurs ont fait l'examen de la situation dans les universités de Ouaga (Ph. B24)
Patrice Zoehinga et ses collaborateurs ont fait l’examen de la situation dans les universités de Ouaga (Ph. B24)

l’Association nationale des étudiants burkinabè (ANEB), section Ouaga. Au menu : la plateforme revendicative réactualisée de la structure avec deux nouveaux points inscrits et l’annonce d’une grève de 48 heures à compter du 18 avril 2013 pour une satisfaction de leurs revendications « dans les plus brefs délais » par les autorités concernées.

Blanchiment technique, système LMD etc. Ce sont là des termes qui fâchent la section ANEB Ouaga au point qu’ils veuillent les rayer de leur lexique des termes de revendication.

En effet, ils exigent d’une part, la suspension du système LMD (Licence, Master, Doctorat) jusqu’à ce que les conditions soient réunies pour son application à savoir la construction des amphithéâtres adaptés aux effectifs des étudiants et le recrutement d’enseignants dans les plus brefs délais; d’autre part, l’attribution d’allocations sociales à tous les étudiants victimes de ce système (plus concernés par le blanchiment technique) qu’ils aient ou non rempli les conditions pour en bénéficier.

Blanchiment technique, non!

Pour le président de la section ANEB de Ouagadougou, Patrice Zoehinga, et ses camarades, “il est illusoire de penser que le blanchiment technique qui serait la solution pour résoudre le chevauchement des années universitaires puisse rattraper le  retard dans lequel est plongé le temple du savoir de la capitale“. Car, explique le premier responsable, ce système ne s’attaque pas aux causes du problème mais à ses conséquences. Ce qui conduira, foi de Patrice Zoehinga, à “un cycle infernal de blanchiment technique d’année en année“.

La grève, un moyen de se faire entendre

Les réponses apportées par les autorités universitaires à la plateforme revendicative 2012-2013 de l’ANEB ont été jugées “insatisfaisantes” par l’Association qui opte ainsi pour les mesures fortes pour se faire entendre. Une grève de 48 heures a été décrétée par  la section. Par conséquent, les étudiants des universités de Ouagadougou sont invités à observer une suspension de toutes les activités universitaires du 18 au 19 avril 2013.

“Les étudiants ont vu juste” en … le PM

Sur la question de l’attitude des étudiants face à la visite du Premier ministre au campus, le président de l’ANEB a laissé entendre que “les étudiants ont vu juste par leur protestation” puisqu’au finish, ajoute t-il, aucune solution n’a été apportée aux problèmes académiques des étudiants. 

Wendyida Germaine KERE

Pour Burkina 24



Article similaire

Il y a 2 commentaires

  1. Internet is written with the capital letter in a sentence, by the way. And hundredths are written not with a point but with a comma. This is according to the standard. And actually everything is very good..!

  2. L’ANEB demeure et demeurera la seule structure syndicale des ?tudes de toutes les universit?s du burkina. A bas les fant?ches

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *