Ecobank Burkina en 2013 : Le client n’attendra plus longtemps dans les agences

919 0
Cheick Travaly, DG d'Ecobank Burkina : "Nous avons consentis de gros efforts" (Ph : B24)
Cheick Travaly, DG d’Ecobank Burkina : “Nous avons consenti de gros efforts” (Ph : B24)

Les responsables d’Ecobank Burkina sont conscients que le service client n’est pas très satisfaisant dans nombreux de ses agences. « Mais en 2013, vous verrez immanquablement un changement », a assuré Cheick Travaly, le Directeur général de la banque, au cours d’un déjeuner de presse ce 19 avril 2013 à Ouagadougou.

Des clients se plaignent de la longueur du temps d’attente devant les guichets Ecobank Burkina. Les Guichets automatiques de banque (GAB) répondent trop souvent absents quand lesdits clients les sollicitent. Certaines agences ne répondent pas aux normes de confort et d’accueil. « Nous en sommes conscients », reconnaît Cheick Travaly lors de cette rencontre avec la presse qui se veut désormais annuelle. « Nous avons donc consenti de gros efforts (…) et d’ici fin 2013, vous verrez immanquablement un changement », a-t-il assuré.

1 milliard de F CFA d’investissements pour satisfaire le client

Un milliard de F CFA seront mis à contribution pour remettre à niveau 11 agences à travers le Burkina,  une nouvelle agence sera ouverte à Koudougou, le temps d’attente des clients en agence sera réduit et les GAB seront mis aux normes pour permettre aux 245 409 clients de la banque d’avoir accès à leurs biens monétaires.

Les responsables d'Ecobank Burkina qui ont animé la déjeuner de presse (Ph : B24)
Les responsables d’Ecobank Burkina qui ont animé la déjeuner de presse (Ph : B24)

Pour ce qui concerne précisément les GAB, de gros investissements ont été consentis et « nous fonctionnons avec la fibre optique depuis un mois », informe BouKary Delma, le directeur banque de proximité. « Mais cette fibre ne nous appartient pas et la qualité du réseau dépend de l’ONATEL », a-t-il ajouté. Pour lui donc, certains problèmes liés à la connexion sont hors du contrôle de la banque. Mais il assure que pour ce qui est sous leur contrôle, tout sera mis en œuvre pour satisfaire la clientèle.

« La culture d’entreprise » sera inculquée aux agents

Justement, concernant l’accueil que réserve le personnel aux usagers de la banque, Cheick Travaly a indiqué que certains employés (ils sont en tout 429 à la date d’aujourd’hui) « n’ont pas encore la culture d’entreprise » mais que la banque a en projet de la leur inculquer à travers des formations.

Nouveaux produits pour 2013

Ecobank prévoit de développer et former son personnel (Ph : B24)
Ecobank prévoit de développer et former son personnel (Ph : B24)

Pour le reste, la première banque du Burkina prévoit pour cette année développer de nouveaux produits. Airtel Money et Ecobank OMNI permettront aux employés de gérer avec plus de proximité leurs paiements, leurs liquidités et leurs virements avec plus de rapidité à travers l’utilisation optimale d’Internet et de l’électronique. Ecobank advance account sera une réponse aux salariés qui ont besoin d’avance sur salaire.

Responsabilité sociale

Enfin, Ecobank Burkina prévoit de renforcer et de rendre plus visible ce que Cheick Travaly appelle la « responsabilité sociale d’entreprise ». « Il faut redonner à la communauté ce qu’elle nous donne », telle est sa philosophie. C’est ainsi que cette année, « Ecobank Day » en octobre 2013 sera orienté équipement des écoles.

Première  banque du Burkina, Ecobank Burkina fait partie du Groupe Ecobank, qui est présent dans 33 pays africains (présent également en France, à Londres, Dubaï et Pékin et bientôt à New York) et prévoit d’ouvrir des filiales dans 5 autres pays d’Afrique. Ce groupe se veut panafricaniste et couvre déjà tout le territoire de l’UEMOA. Son total bilan en 2012 est près de 10 000 milliards de F CFA avec plus de 1000 milliards de F CFA de capitaux propres et 146 milliards de F CFA de résultat net.

 

Ecobank Burkina en chiffres

Partie de 6 groupes d’actionnaires avec un capital de 1,250 millions de F CFA le 10 juillet 1996, date de sa création, Ecobank Burkina a 5 groupes d’actionnaires (Groupe Ecobank, SONAR, UAB, privés et l’Etat du Burkina) à ce jour, dont l’Etat burkinabè (3,32 % du capital) avec la fusion avec la BACB intervenue en 2008, et plus de 7 milliards de F CFA comme capital. En 2012, le résultat net est fixé à 9,4 milliards de F CFA. Pour la même année, la banque a déposé, après impôts,  un bilan de 433 milliards de CFA, totalise 28 milliards de F CFA de capitaux propres. Le dépôt clientèle se chiffre à plus de 303 milliards de F CFA. En termes d’utilité au pays, Ecobank Burkina a payé plus de 2 milliards de F CFA d’impôts et injecté plus de 271 milliards de F CFA dans l’économie  à travers les crédits à la clientèle. Le vaste réseau dont dispose la banque, qui couvre quasiment tout le territoire burkinabè, compte 41 agences (dont 15 à Ouaga) et 54 GAB (dont 22 dans la capitale).

Source : Cheick Travaly, DG Ecobank Burkina

 



Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Article similaire

Il y a 1 commentaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *