Talents Africains: Le duo burkinabo-tunisien vainqueur du concours ARCHIGENIEUR AFRIQUE

794 0
présente le projet
Youssouf Sawadogo présente le projet “Baobab urbain”. Photo. Afriarchi

Le concours ARCHIGENIEUR AFRIQUE est un événement annuel, né de la volonté partagée par l’association AFRIKArchi de développer l’enseignement de l’Architecture, de l’Urbanisme et du Génie-Civil en Afrique. Le BURKINA FASO s’est illustré à la dernière édition, à travers un burkinabo-tunisien de l’Ecole Nationale d’Architecture et d’Urbanisme de Tunis (ENAU), à qui le jury a décerné le premier prix, à savoir 1000 euros et d’autres prix en natures. Ce duo, composé de Youssouf Sawadogo et Zied Hattab a reçu sa couronne  pour leur projet dénommé «Baobab urbain».

Ce concours, gratuit, est ouvert aux étudiants inscrits dans des Écoles, Universités ou Polytechniques d’architecture, d’urbanisme ou d’ingénieurs, situées sur le continent africain. Pour sa première édition, il était également ouvert aux jeunes professionnels, diplômés en 2012. Les participants avaient la possibilité de s’inscrire seuls, ou bien par équipes allant jusqu’à quatre personnes au maximum.

Ainsi, la thématique choisie pour 2012 a été celle du logement collectif en milieu urbain, répondant à une problématique réelle et actuelle sur le continent africain. Le concours a été lancé le 1er octobre 2012 et a été clôturé le 31 décembre de la même année.

Pour sa première, le concours a réuni plus d’un millier participants, inscrits dans plus de 80 écoles, universités ou polytechniques en Afrique, issus de près de 30 pays.

Un tel engouement mis en évidence une réelle volonté des étudiants de cultiver un esprit de challenge, afin de faire progresser l’architecture, l’urbanisme, le génie civil comme enjeux majeurs du développement de l’Afrique. Les participants étaient issus à la fois du Maghreb, que de l’Afrique subsaharienne, francophone mais aussi anglophone.

Pour évaluer les projets des participants au concours, AFRIKArchi a réuni un jury international et pluridisciplinaire, réunissant des architectes, urbanistes, ingénieurs, sociologues, historiens… et présidé par l’architecte-urbaniste d’origine comorienne Mahmoud Keldi.
La délibération du jury a eu lieu le 1er février 2013, à la Cité de l’Architecture et du Patrimoine, au palais de Chaillot à Paris. A l’issue de cette délibération, les trois lauréats ont été désignés, et plusieurs projets ont été sélectionnés pour participer à l’exposition internationale, qui se déroulera à partir de mars 2013 dans plusieurs villes telles que Bamako, Casablanca, Cotonou, Kumasi, Lomé, Paris, New York, Tokyo, Tunis… Afin de promouvoir les jeunes talents, un Book réunissant les meilleurs projets (lauréats et retenus pour l’exposition) sera publié très prochainement . Il s’agira certainement du premier ouvrage de ce type en Afrique!

Pourquoi «Baobab urbain» ?

Projet «Baobab urbain»
Projet «Baobab urbain»

Pour Youssouf Sawadogo : «Le terme Baobab urbain évoque déjà l’identité africaine du projet et son enracinement dans la culture burkinabè». Pour Zied Hattab : «Le Baobab est d’abord un arbre typiquement sahélien (Burkina Faso) qui a toujours joué un rôle important dans la société africaine à la fois nutritionnel (feuilles et fruits). Il est aussi synonyme de protection et de longévité».

Et monsieur Sawadogo d’ajouter : «Le Baobab urbain est, avant tout, un projet de logements collectifs situé au centre ville de la capitale burkinabè,  réfléchi et conçu selon le principe  écologique (utilisation des matériaux locaux, énergies renouvelables telles que l’énergie solaire) mais aussi en tenant compte de l’identité architecturale locale, de la pratique même de l’espace par les habitants et aussi de l’environnement naturel qu’urbain qui caractérise le site. Le projet est l’aboutissement d’une réflexion sur l’habitat africain en particulier celui burkinabè. Le projet tente de réconcilier matériaux locaux, écologie, pratique locale de l’espace avec une architecture contemporaine».

Félicitation à ce duo pour qui l’ambition ne s’arrête pas au succès à ce concours car ils projet de voir leur projet réalisé en totalité ou en partie d’ici 2015. En attendant, AFRIKArchi poursuit ses activités avec l’EXPOSITION INTERNATIONALE issue de la sélection des meilleurs projets du concours et donne rendez-vous en octobre 2013 pour la deuxième édition de ce concours.

Ont été aussi retenu pour l’Exposition Internationale ARCHIGENIEUR AFRIQUE, les projets suivants :

– Équipe n° 12189 – Habitat + 39 – El Moumni Lahbib, Dahmani Imad, Fatimzahra Benhamza – Ecole d’Architecture de Casablanca (EAC) (Maroc);

– Équipe n° 12240 – HHNM (Homme, Histoire et Nature à Marrakech) – Meryem Belkadi, Imad Oulad Belmoudden – Ecole Nationale d’Architecture (ENA), Rabat (Maroc);

– Équipe n° 12237 – La cour africaine – APOVO Jean-Virgile, COMPAORE Wendpanga-Hachim, SOKENG Feuyem Hercel, ALLOU Bossia Sébastien – École Africaine des Métiers de l’Architecture et de l’Urbanisme (EAMAU), Lomé (Togo);

– Équipe n° 12278 – Fractals – BIBANG BI OBAM ASSOUMOU Stahel Serano, OFORI-SARPONG Emmanuel Kusi, KOFI OFOSU Ennim, GYENG Emmanuel Mwininuon – Kwame Nkrumah University of Science and Technology (KNUST), Kumasi (Ghana).

 

AFRIKArchi est une association, basée en France, représentée dans près de 12 pays africains avec un réseau international. Elle a pour principal objectif de soutenir et d’amplifier l’enseignement de l’Architecture, de l’Urbanisme et du Génie-Civil en Afrique. Elle voudrait par ses actions notamment faire naître et diffuser une image positive et dynamique des matériaux locaux africains utilisés dans la construction en cultivant l’inspiration et la créativité chez les élèves architectes et urbanistes, les futurs ingénieurs de même que les professionnels en Afrique.

Source : AFRIKArchi

HDLC correspondant Burkina 24 Europe.



Hubert DeLorenzo COMPAORE

Correspondant de Burkina 24 en France

Article similaire

Il y a 1 commentaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *