Les histoires de Tanga : Affamé dans un panier de victuailles

672 3

Karim remua dans son lit, c’est-à-dire le sol caillouteux qu’essayait de cacher une natte. Il ouvrit les yeux qu’il n’avait fermés que pour le nom. Son ventre n’avait pas cessé de lui tenir de longs discours tout au long de la nuit.

Il chassa d’un air absent les moustiques qui avaient mêlé leur tintamarre aux grognements de son estomac vide. Le jeune garçon de six

Photo d'illustration : www.trucdenana.com
Photo d’illustration : www.trucdenana.com

ans se leva et enjamba les pieds de ses frères et sœurs qui faisaient semblant aussi de dormir. Leur mère, la main sur la joue, était prostrée contre le mur, regardant la place de leur père vide depuis maintenant trois jours d’affilée.

Il a faim

 Il alla se laver le visage et sortit de la concession sans mur de clôture.

Sa boîte de tomates lui servit de sac dans le jour à peine naissant. Il avait vraiment faim. Il lui fallait trouver à manger. Depuis la veille, il n’avait mis dans le ventre que quelques beignets. Le vendredi, c’était encore dans deux jours. Il fallait tout faire pour atteindre ce jour-là.

Karim commença à déambuler dans la ville, usurpant le titre de mendiant étudiant dans une école coranique. Le soleil grimpa sur le rideau du ciel, atteignit le zénith et entama sa descente sans que personne ne daigna lui donner une piécette. Chacun se cherchait.

Ah, ces bananes !

Pourtant, tous les fumets semblaient s’être donné le mot pour converger vers ses narines. Le riz à la sauce pâte d’arachide le hantait, le riz gras au poisson fumé le narguait pendant que le « benga » et les arômes de mangue, d’orange et de banane l’enivraient.

Il s’arrêta devant une charrette où étaient entassés des régimes de bananes. Son propriétaire devisait tranquillement avec ses compagnons. Personne ne faisait attention à lui. La tentation grandit, enflée par la sensation de faim lancinante. Karim n’y tint plus. Sa main agrippa une banane. Puis, l’adrénaline  et la peur le firent détaler. Mais le mot « au voleur » avait retenti.

Triste … faim !

Pour son malheur et la fin brutale de sa faim …

Votre serviteur Tanga ([email protected])

Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Article similaire

Il y a 3 commentaires

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *