Vente frauduleuse de parcelles à Boulmiougou: Amado Nikièma et sa bande dans les mailles de la Police

386 0

Avec les faussaires et escrocs, tous les moyens sont bons dans ce Faso pour se faire de l’argent. Dans l’arrondissement de Boulmiougou à Ouagadougou, Nikièma Amado et sa bande, eux, ont choisi de faire fortune dans la vente frauduleuse de parcelles et l’escroquerie déguisées en démarchage. Le réseau de ces malfaiteurs a été démantelé par le commissariat de Police dudit arrondissement, et présenté à la presse ce samedi 4 mai 2013.

réseau faussairesL’affaire des parcelles dans l’arrondissement de Boulmiougou n’a pas encore fini de faire parler d’elle. Mais cette fois, c’est un réseau de faussaires, spécialisé dans la vente frauduleuse de parcelles, dans l’établissement et la falsification des documents d’état civil destinés à cette vente qui est pris dans les mailles de la police. Un réseau qui a été démantelé par le commissariat de Police de l’arrondissement de Bogodogo en collaboration avec la l’Office nationale d’identification (ONI).

Il s’agit, selon le commissaire de Police de l’arrondissement de Bogodogo, Serge Alain Kaboré, de Amado Nikièma, le cerveau de bande (38 ans) et ses acolytes Emile Toé, âgé de 53 ans qui est l’officier d’état civil du groupe, Hyppolite Kaboré, 35 ans et deux autres. Ces arnaqueurs, spécialisés dans le faux et usage de faux en écriture publique et dans l’escroquerie, ont une expérience de plus de 10 ans dans ce “métier” et sont domiciliés au quartier Boulmiougou de Ouagadougou. 

C'est le commissaire de Police de l’arrondissement de Bogodogo, Serge Alain Kaboré qui a animé le point de presse (Ph. B 24)
C’est le commissaire de Police de l’arrondissement de Bogodogo, Serge Alain Kaboré qui a animé le point de presse (Ph. B 24)

Des pièces d’état civil et 4 millions en espèces perquisitionnés 

Les différentes perquisitions effectuées dans le cadre de l’enquête ont permis de saisir: “cinq cent quinze (515) documents de références de parcelles, cent quatre vingt un (181) photocopies de CNIB, cent quatre vingt treize (193) photocopies de CNIB, cinquante cinq (55) photocopies d’actes de naissance, cinq (5) photocopies de certificats de nationalité, six (6) coupons d’extraits de naissance et de certificats de nationalité, une (1) photocopie de CNIB portant la photo de Emile Toé et le nom de Yacouba Traoré, deux (2) clés USB contenant une cinquantaine de d’extraits de naissance et de certificats de nationalité déjà établis et une somme de quatre (4) millions de francs CFA en espèces“.

Vigilance, vigilance, vigilance!!!

Pour terminer ses propos, le commissaire de Police de l’arrondissement de Bogodogo a invité toute la population à la vigilance car “nul n’est à l’abri des arnaques”. Mais, renchérit-il, “ça ne coûte rien de procéder à une vérification des pièces de parcelles, surtout face à toute opportunité d’affaire en la matière”. Il n’a pas manqué aussi de rappeler les numéros verts “10 10, 17 et 16” mis à la disposition de la population en cas d’actes suspects.

Aux hommes de bonne de foi qui ont eu recours aux services de la bande à un moment donné, le commissaire Serge Alain Kaboré les exhorte à “prendre attache avec les services compétents pour des vérifications afin de s’assurer qu’il n’ont pas été arnaqués“. L’affaire poursuivra son cours devant le parquet qui décidera de la suite à donner, a confié le commissaire de Police du commissariat de Bogodogo.

Wendyida Germaine KERE 

Pour Burkina24

Il y a 1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre