Étalons à l’Afrobasket 2013 : « Il ne faut pas rêver… », Jean Paul Rebatet

557 0
L’entraineur des Etalons Jean Paul Rebatet
L’entraineur des Etalons Jean Paul Rebatet

Les Étalons du Burkina participent pour la première fois à l’Afrobasket, la Coupe d’Afrique de basketball prévu au mois d’août 2013 à Abidjan. Logé dans le groupe B en compagnie de la Tunisie, championne en titre, le Maroc et le Rwanda, le Burkina Faso veut créer la surprise. Pour cela, l’entraîneur des Étalons  Jean Paul Rebatet qui reconnait  que la tâche sera ardue a prévu un programme de préparation rigoureux pour atteindre son objectif. Ce qu’il livre dans cette interview.

Quel est votre programme de préparation pour l’Afrobasket 2013 qui se tient à Abidjan au mois d’août prochain ?

Le programme est en phase de se concrétiser puisqu’il y avait beaucoup d’inconnus. On attendait de voir dans quel groupe on serait et aussi la disponibilité des autres équipes pour des matches de préparation.  Ce que je peux vous dire actuellement, c’est qu’on aura  un stage au mois de mai en France pour voir d’autres joueurs européens plus des joueurs qui évoluent aux USA que je suis aller voir d’ailleurs.  Ensuite, on aura un stage à Ouaga j’espère qui sera ponctué de deux matches amicaux. Il y a un inconnu parce qu’on devait aller au Maroc mais cette équipe se retrouvant dans le même groupe que nous, on ne pourra plus le faire. On repartira en France on jouera contre le Cameroun et le Mali. Avant l’Afrobasket, on sera à Ouagadougou au palais des sports pour jouer un tournoi de quatre équipes qui sera composé du Cameroun, de la Centrafrique, du Mali et du Burkina.

Vous connaissez désormais vos adversaires, la Tunisie, le Maroc et le Rwanda. Comment le Burkina Faso peut-il sortir de ce groupe ?

Avant de jouer, tout le monde a une chance même si on sait que la Tunisie, c’est très fort. C’est l’équipe championne en titre. Ils ont failli battre l’équipe des USA aux Jeux Olympiques. Donc il ne faut pas rêver. Je ne dis pas que c’est impossible mais cela va être très dur. Le Maroc a une belle équipe, le Rwanda aussi. Si nous on arrive à travailler plus longtemps que ces deux équipes, pourquoi pas… Ce serait un exploit si on pouvait terminer plus haut derrière la Tunisie.

Vous dites que vous avez vu de nouveaux joueurs, peut-on avoir une idée sur ces éléments ?

Aux Etats-Unis, j’ai rencontré un garçon qui m’a énormément plus à savoir Kader Tapsoba. Un autre qui n’est pas dans le même registre qui est Rachid Sou. Il y a aussi Emmanuel Pooda qui a été très bien. D’autres…six joueurs… mais la vérité, c’est sur le terrain. C’est au fur et à mesure de ces tournois qu’on va se faire une idée sur notre potentielle.



Dieudonné LANKOANDE

M. Lankoandé est passionné de web2.0 et de stratégies marketing (Marketing/web & Community Management) propre au secteur on line, domaine dans lequel il a plusieurs années d’expériences.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *