Erythrée: au moins 10.000 prisonniers politiques après 20 ans d’indépendance selon Amnesty

240 0
Ph. AFP
Ph. AFP

Dans un rapport publié ce jeudi 9 mai, Amnesty International affirme que vingt ans après que l’Érythrée ait obtenu son indépendance, au moins 10 000 personnes, des prisonniers politiques, sont enfermées dans les centres de détention du pays sans avoir jamais été inculpées, et on est sans nouvelles d’un grand nombre d’entre elles.

Intitulé Twenty years of independence but still no freedom, le document détaille comment l’opposition politique est interdite, les médias indépendants réduits au silence et les minorités religieuses persécutées dans ce petit pays de 6 millions d’habitants de la Corne de l’Afrique.

« Le gouvernement recourt systématiquement aux arrestations arbitraires et aux détentions sans inculpation pour écraser toute opposition, réduire au silence tous les dissidents, et punir quiconque refuse de se plier aux restrictions répressives imposées aux citoyens », a précisé Claire Beston, spécialiste de l’Érythrée à Amnesty International.

Dieudonné LANKOANDE

M. Lankoandé est passionné de web2.0 et de stratégies marketing (Marketing/web & Community Management) propre au secteur on line, domaine dans lequel il a plusieurs années d’expériences.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *