Lutte anti-corruption au Burkina : Pr. Blaise Sondo passe le flambeau du REN-LAC au Dr. Claude Wetta

729 0
Le Réseau national de lutte anti-corruption (Ph. B 24)
Le Réseau national de lutte anti-corruption (Ph. B 24)

Le Réseau national de lutte anti-corruption (REN-LAC) a tenu sa XIIIe Assemblée générale ordinaire ce jour 10 mai 2013 à son siège dans la capitale burkinabè avec l’élection du nouveau Secrétariat exécutif (SE) et l’attribution du Prix de la lutte anti-corruption (PLAC) comme points de mire.

« Joseph Paré », maintenant ex-ambassadeur du Burkina en France et « Ousmane Guiro », ancien DG des Douanes sont deux noms qui suscitent débat en matière de corruption, de malversation et d’enrichissement illicite au Faso. « Corruption » ! Oui, c’est justement de cette notion qu’il s’est agi le 10 mai dernier au siège du Réseau national de lutte anti-corruption REN-LAC lors de la 13e Assemblée générale (AG) ordinaire du réseau. Cette AG ordinaire a été sanctionnée par l’élection du nouveau Secrétariat exécutif (SE) pour un mandat de 3 ans (2013-2016) avec à sa disposition « un nouvel accord de financement de plus d’un milliard intervenu le 30 janvier 2013 grâce à l’abnégation des membres du secrétariat exécutif sortant et les autres membres et qui couvre 56% du budget », a précisé le SE entrant, Dr. Claude Wetta.          Le programme d’activité 2013 « axé sur 4 axes » a été, quant à lui, examiné et adopté lors de cette rencontre.  Il s’agit, selon Dr Claude Wetta : primo, du « renforcement de l’efficacité de l’action du Réseau » ; secundo, du « renforcement de l’éveil des consciences, du refus et de la condamnation citoyenne de la corruption » ; tertio, de « renforcement de la lutte anti-corruption dans les administrations publiques et parapubliques » et quarto, du « recul de l’impunité des faits de corruption au Burkina Faso ».

« De 100e en 2011 à 83e en 2012, le Burkina améliore sons classement »

L’état de la corruption au Burkina est à une échelle décroissance à en croire le classement mondial amorcé depuis 2006. Pour le SE entrant, le pays est descendu du 100e rang en 2011 à celui de 83e en 2012 grâce à « la volonté politique des acteurs politiques d’endiguer la corruption avec la mise en place de certaines structures de lutte contre la corruption ». Cette tendance, remarquée par Dr. Wetta, est la même au niveau international et africain.

En termes de bilan, le REN-LAC, depuis sa 12e AG ordinaire tenue le 24 mai 2012, a publié des rapports ; produits 3 séries de la bande dessinée Kouka ; organisé 3 jeux concours annuels au profit des jeunes scolaires du pays, 4 éditions du Prix de la lutte anti-corruption (PLAC) au profits des journalistes de la presse écrite, des conférences publiques sur la corruption, 3 journées nationales de refus de la corruption ; réalisé des sondages et préparé le plan stratégique 2013-2016.

Boureima Ouédraogo du journal Le Reporter, sacré lauréat du PLAC 2012 

L’édition 2012 du PLAC a vu son premier prix décerné à Boureima Ouédraogo du journal Le Reporter avec quatre 4 articles (voir le palmarès du PLAC).

Wendyida Germaine KERE

Pour Burkina 24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *