Ouaga : les élèves dans la rue, le ministre Ouattara rencontre les chefs d’établissement

332 0

Après la manifestation des élèves de ce lundi 13 mai 2013, le ministre des Enseignements secondaire et supérieur a rencontré les chefs d’établissement à Ouagadougou. Au menu, les revendications des enseignants et les manifestations des élèves du  6 et du 13 mai 2013.

La mobilisation des élèves devant le MESS (Ph : Remy Djandjinou)
La mobilisation des élèves devant le MESS (Ph : Remis F. Djandjinou)

Des enseignants qui revendiquent l’application des engagements du gouvernement, des élèves qui battent le pavé pour les soutenir, autant de raisons qui ont conduit Moussa Ouattara à rencontrer les chefs d’établissement ce lundi 13 mai dans l’après-midi au Lycée St Viateur, à l’Est de la ville, parce que le centre-ville, où se trouve le ministère, était, comme dirait l’autre, “chaud” !

Le gouvernement rencontre les syndicats ce 14 mai

« Nous avons voulu les rencontrer pour leur dire que le gouvernement travaille effectivement à rencontrer les syndicats », a dit Moussa Ouattara après près d’une heure trente d’échanges avec les chefs d’établissements.  Cette rencontre est prévue pour ce mardi  14 mai  à 17h. Selon Boureima Traoré, porte-parole des chefs d’établissement et proviseur du Lycée Philippe Zinda Kaboré, le climat qui règne depuis une semaine inquiète et « ne permet pas d’envisager avec sérénité nos fins d’année ».

Plus de sujet unique

Le MESS Moussa Ouattara assure que le gouvernement rencontrera les syndicats et qu'il n'y aura plus de sujet unique (Ph : B24)
Le MESS Moussa Ouattara assure que le gouvernement rencontrera les syndicats et qu’il n’y aura plus de sujet unique (Ph : B24)

Mais Moussa Ouattara assure que « le gouvernement s’engage à ce que ces examens se passent dans de bonnes conditions ». Il a profité d’ailleurs annoncer qu’un arrêté a été signé ce lundi matin et consacre le retrait de la notion de sujet unique qui avait également enflammé le climat scolaire en janvier dernier. Le ministre rassure les scolaires qu’il n’y aura pas de sujet unique et qu’ils seront évalués aux examens dans les mêmes conditions qu’ils ont été formés.

Le ministre Ouattara déclare également « regretter »   la manifestation de ce lundi matin qui a tourné à l’affrontement entre les élèves et les policiers.

Affrontements élèves-policiers

Les alentours du Lycée Philippe Zinda Kaboré dans la fumée des gaz lacrymogènes (Ph : DR)
Les alentours du Lycée Philippe Zinda Kaboré dans la fumée des gaz lacrymogènes (Ph : DR)

La manifestation de ce 13 mai 2013 a en effet revêtu un caractère particulier car les forces de l’ordre, en l’occurrence les éléments de la Compagnie républicaine de sécurité (CRS), sont intervenues à coups de gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants regroupés devant l’immeuble de l’Education à Ouagadougou.

 La manifestation a tourné à l’affrontement entre élèves et CRS devant le Lycée Philippe Zinda Kaboré.  Les premiers lançaient des cailloux et toutes sortes de projectiles aux secondes qui ripostaient avec des gaz lacrymogènes. Aucun bilan officiel n’est encore disponible sur d’éventuels blessés et arrestations.

Les élèves demandent au ministère de leur donner une réponse à leur demande du 6 mai 2013. En rappel, ils ont demandé à leur ministère de tutelle de trouver une solution aux revendications de leurs enseignants, représentés par le F-SYNTER et le SNESS,  lesquels ont observé un mot d’ordre de grève le 10 mai 2013.

Appel aux syndicats, parents d’élèves et chefs d’établissement

le ministre a lancé un appel aux chefs d'établissements,  syndicats et enseignants (Ph :  B24)
Le ministre a lancé un appel aux chefs d’établissements, syndicats et enseignants (Ph : B24)

Le ministre a souhaité que les chefs d’établissement, les parents d’élèves et les syndicats qui ont déposé leur plateforme travaillent « à ce que les enfants restent en classe pour s’occuper de la préparation de leurs examens »car le gouvernement a des propositions à faire aux syndicats. « Nous osons croire que ces propositions vont rencontrer l’assentiment des enseignants et que nous allons pouvoir repartir sur un bon pied pour terminer l’année », espère Boureima Traoré, le porte-parole des chefs d’établissement, qui se fie au bon Dieu et à « la volonté du gouvernement ».

Le souhait du ministre aux élèves en classe d’examen

Il pense également que les enseignants mettront de l’eau dans leur vin, car, de son avis, « les éducateurs, les enseignants que nous sommes, nous n’allons pas travailler tout ce temps-là pour mettre tout dans l’eau ».

Dans tous les cas, le ministre des Enseignements secondaire et supérieur souhaite d’ores et déjà aux élèves candidats aux examens une « bonne chance, pour de bons résultats afin que le Burkina aille de l’avant » !

Abdou ZOURE

Pour Burkina 24

 

Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre