FESTAC 2013 : Après une finale de rêve, Ebony veut conquérir le Gabon et le Mali

 

Prestation d'un lycée lors de la finale .  Ph.B24
Prestation d’un lycée lors de la finale . Ph.B24

Débutée le 14 avril 2013, c’est le samedi passé qu’a pris fin la 10ème édition du Festival des Arts et de la Culture(FESTAC). La finale de ce rendez-vous culturel des écoles a vu la consécration du Lycée Privé Technique Le Bon Berger de Bobo. Aussi, les organisateurs ont annoncé que le FESTAC 2014 s’étendra au Gabon et au Mali.  

Durant plus d’un mois, l’agence Ebony, organisatrice du FESTAC, a sillonné une dizaine de villes du Burkina, pour recruter et faire compétir les meilleurs talents. Samedi dernier, le Théâtre de l’amitié de Bobo était archicomble. Cinq établissements secondaires, dont quatre de Bobo et un de Ouaga, promettaient d’offrir le meilleur d’eux-mêmes en « Personnages historiques », culture générale, play-back et ballets. Sur cette dernière rubrique, c’est le « Ziglibithy » » d’Ernesto Djédjé des années 80 qui a été imposé aux candidats. Le Lycée Privé Le Bon Berger aura le plus séduit le jury, notamment avec le play-back sur la chanson « Dibayagui »  de Bill Aka Kora. Avec une note de 16,41/20, le champion de la soirée devançait de justesse son principal challenger, le Complexe scolaire Charles De Gaulle qui, lui, totalisait 16,04 de moyenne. Suivent respectivement le Lycée Ouézin Coulibaly, le Lycée Technique de Ouagadougou, et  le Lycée National Vinama T. de Bobo. Le champion a reçu la somme de 600.000 francs CFA et d’autres lots des partenaires d’Ebony, Telmob et Youki. Le prix spécial  « Faits de société » est revenu au Charles De Gaulle. La soirée a été marquée par la présence de sommités de la musique Burkinabè, particulièrement Sana Bob, Jezy et Awa Boussim. Génération 2000 a également apporté sa mayonnaise à la fête.

Le FESTAC 2014 au Gabon et au Mali

A l’issue du spectacle, le manager général d’Ebony, M. Abass Soufiane Coulibaly, a confié à la presse que le FESTAC 2014 prendra une envergure internationale. En effet, a expliqué l’homme de culture, tout est presque prêt pour que l’événement se déroule au Gabon et au Mali l’an prochain.

Le FESTAC est « une tribune d’expression artistique comme de l’apprentissage artistique, de retrouvailles et de découvertes. »

Michel KONKOBO

Pour Burkina 24



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page