Mercure de la semaine – Des délinquants chaque jour un peu plus

958 4

Les forces de sécurité burkinabè battent chaque jour des records en termes d’arrestations de présumés délinquants. Si ces arrestations révèlent l’efficacité des gendarmes et policiers, elles interpellent cependant sur la gravité de l’insécurité.

Les cyberdélinquants présumés (assis) adossés à leur véhicule 406 acquis avec l'argent de leurs forfaits. Photo: Burkina24
Des cyberdélinquants présumés (assis) adossés à leur véhicule 406 acquis avec l’argent de leurs forfaits. Photo: Burkina24

Des délinquants « intellectuels »

Les différents points de presse des forces de sécurité sur leurs « prises » renseignent que les délinquants sont en train de muter. Des traditionnels coupeurs de route avec machette et fusils de fortune, l’on est passé aux brigands armés jusqu’aux dents avec un arsenal sophistiqué, déroutant parfois les forces de l’ordre.

Mais ces types de bandits sont encore à l’âge de pierre comparés à ceux qui usent de leurs méninges pour gruger leur prochain. Il reste en mémoire ces faux recruteurs qui ont spolié près de quatre cent chercheurs d’emploi. Ou encore le récent cas de l’étudiant bardé de diplômes qui a trouvé le moyen de voler l’institution qui lui a justement permis d’avoir ces diplômes.

Des délinquants vicieux

Il y a une autre catégorie de délinquants qui commencent à avoir pion sur la rue de la morale au Faso. Ceux-là sont en train de voler la vedette aux habituels violeurs hétérosexuels. Contrairement à eux, en effet, les pédophiles, outre d’avoir une orientation sexuelle vomie au « Pays des Hommes intègres », poussent l’horreur jusqu’à s’en prendre à plusieurs des enfants de leurs semblables (42 victimes pour le propriétaire du club Ziné Rouge et 17 pour l’expatrié français).

Que faut-il faire ?

Le phénomène de la délinquance et de l’insécurité devient de plus en plus déferlant. Le type de solutions à apporter doit forcément revenir là où la société et ses dirigeants ont trébuché et non l’endroit où ils sont tombés.

Les délinquants ne sont que le produit de la société. Avant de mettre des enfants au monde, il faut s’assurer de l’avenir qui leur sera réservé. Avant de former ces milliers de jeunes, il fallait penser à où les caser. Avant de profiter avec outrance des avantages du gain facile et de l’impunité, il fallait songer que des jeunes pouvaient prendre cela en exemple. Avant de tout s’accaparer, il faut savoir qu’il y en a qui vont dûment réclamer leur part. Les problèmes sont eux-mêmes leur solution.

 Pour ce qui concerne ces hommes qui sont insatiables des rejetons des autres, ils sont le fruit de notre ouverture au monde. Il est difficile de faire entrer du vent frais dans son logis sans que des grains de poussière ne s’y mêlent.

Nous avons créé des délinquants, créons  dorénavant des innocents.

La Rédaction



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Il y a 4 commentaires

  1. Ecoutez les cyberd?linquants sont identifiable a l’?il nu ici au faso.
    G?n?ralement des expatri?s,d?pigmentes et qui passent leur temps dans les Cyber et les agences Western union. Dans les cartiers ils d?rangent les voisins en fumant la drogue et font trop de bruit.

  2. Beker Ouedraogo |

    Est-ce un probleme de manque d’emplois ou la recherche d’une vie facile de la part des jeunes?

  3. Dit Lavoisier Le probl?me de l?ins?curit? n est pas seulement burkinab?,il est sous r?gional,avec ces diff?rentes crises qu’a connues l Afrique de l ouest,les armes se sont retrouv?es dans les mains de mauvaises personnes et quand un civil a une arme entre les mains,beaucoup d id?es tournent dans sa t?te,bonjour l?ins?curit

  4. Beker Ouedraogo |

    Voila une VRAIE question sur laquelle les deputes devront discuter et trouver une solution. Le Burkina n’est plus en securite et cela n’est pas bon les investissements exterieurs, le tourisme et le business. Et c’est l’economie nationale qui va en souffrir.

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *