Lutte contre le SIDA : le SPONG mutualise les expériences de ses membres

L’union fait la force. Et Le Secrétariat permanent des Organisations non gouvernementales (SPONG) au Burkina a décidé de réunir ses membres afin qu’ils mutualisent leurs bonnes expériences, tirent les leçons de leurs échecs dans leurs actions de lutte contre le SIDA depuis dix ans. Cette réunion a eu lieu ce mardi 18 juin 2013 à Ouagadougou avec la participation du Conseil national de lutte contre le SIDA et les infections sexuellement transmissibles (CNLS-IST).

Le SPONG  a réuni ses membres pour qu'ils capitalisent leurs expériences (Ph : B24)
Le SPONG a réuni ses membres pour qu’ils capitalisent leurs expériences (Ph : B24)

La solution à votre problème peut nicher au seuil de votre porte sans que vous ne la voyez jusqu’à ce qu’une tierce personne vous la montre, dit un proverbe du pays Moaga. Depuis plus d’une décennie, les Organisations non gouvernementales (ONG) et associations luttent contre le VIH/SIDA et les IST, « malheureusement, nous constatons que pendant que certaines organisations sont en train de chercher des solutions, ces solutions sont détenues par d’autres », constate le coordonnateur du SPONG, Sylvestre Tiemtoré.

Consolider les acquis

Le représentant du SP/CNLS-IST, Joachim Ouédraogo, remettant symbolique des kits alimentaires  à une ONG (Ph : B24)
Le représentant du SP/CNLS-IST, Joachim Ouédraogo (g.), remettant symboliquement des kits alimentaires à une ONG (Ph : B24)

D’où la plateforme fédératrice a décidé de réunir ces structures autour d’une même table, afin qu’elles mutualisent les bonnes solutions qu’elles ont mises en pratique, tirent leçons des échecs qu’elles ont essuyés afin d’élaborer une approche plus efficace pour contrer au mieux les assauts de la pandémie, explique Yacouba Zèba, Vice-président du SPONG. Il s’exprimait ainsi à l’ouverture de l’atelier de partage d’expériences que sa structure a organisé à son siège à Ouaga 2000 ce mardi 18 juin 2013.

« Le taux de prévalence est certes passé de 7,1 en 1998 à 1,22 en 2012 au Burkina Faso, mais des approches nouvelles sont nécessaires pour consolider  ces acquis, surtout que le financement de la lutte contre le VIH et le SIDA s’amenuise en Afrique », continue Yacouba Zèba.

Des kits alimentaires pour les PV VIH

Parlant justement de financement, le Secrétariat Permanent du CNLS-IST, représenté par le chargé de programme du département communauté, Joachim Ouédraogo, a octroyé à 17 membres du SPONG, au titre de l’année 2013 une subvention de 9 millions de F CFA afin de leur permettre de conforter sur le terrain leurs actions de prévention en milieu jeune, de sensibilisation,  de visites à domicile, de soutien psycho-social aux personnes vivant avec le VIH et les orphelins et enfants vulnérables.

Le Vice-président du SPONG, Yacouba Zèba (à g.) (Ph : B24)
Le Vice-président du SPONG, Yacouba Zèba (à g.) (Ph : B24)

En montrant au SP/CNLS-IST, qui accompagne annuellement le SPONG depuis plus d’une décennie, que la plateforme a à cœur de rendre plus efficaces les actions de  ses membres, « ce travail peut conforter le SP/CNLS-IST à nous accompagner davantage », estime Sylvestre Tiemtoré. Joachim Ouédraogo a d’ores et déjà assuré à l’équipe du SPONG que le SP/CNLS-IST « sera toujours à vos côtés ».

Propos matérialisés par la remise symbolique de kits alimentaires à quelques ONG membres du SPONG, qui permettront de soutenir les PV VIH.

Créé en 1974, le SPONG est une structure fédératrice des ONG et associations de développement intervenant au Burkina. Lors de sa dernière assemblée générale tenue en mai dernier, le nombre de ses membres est passé de 113 à 134.

Abdou ZOURE

Pour Burkina 24



Abdou ZOURE

Abdou Zouré, journaliste à Burkina24 de 2011 à 2021. Rédacteur en chef de Burkina24 de 2014 à 2021.

2 commentaires

  1. Merci et f?licitation pour la diligence dans l’information des membres du SPONG

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page