Insolite : Des ossements humains se « baladent » à Ouaga

213 11

Des ossements humains, enveloppés dans un panier et des sachets plastiques, sont posés sur le bord de la RN4, à Bendogo dans l’ex-secteur 29 de Ouagadougou, à quelques 200 mètres du marché de Bendogo. Ce serait des ossements de nain, transportés là pour, dit-on, conjurer un mauvais sort.

 

D'où peuvent bien provenir ces ossements ? (Ph : B24)
D’où peuvent bien provenir ces ossements ? (Ph : B24)

Spectacle inattendu et insolite que ce panier posé au bord de la route Ouaga-Koupèla, à la sortie Est de Ouagadougou, ce jeudi 27 juin 2013 aux environs de 8h. Les badauds, hommes, femmes et enfants  de tous âges, s’arrêtent pour y jeter un coup d’œil, prendre quelques clichés et continuer leur route après avoir lâché quelques commentaires.

Dans ce panier, dans un entrelacs de sachets plastiques noirs, de tissus et de feuilles de plantes séchées, est posé un crâne humain. C’est l’élément le plus visible des ossements cachés  dans l’enchevêtrement.

« On n’enterre pas un nain facilement »

« Ce sont les ossements d’un nain », disent les premiers sur les lieux à ceux qui viennent d’arriver, avides d’information. « Il a été transporté ici hier nuit (dans la nuit du mercredi au jeudi) », confie à Burkina 24 une dame, commerçante au marché de Bendogo, situé à quelques jets de pierre du panier insolite. « Il était à Nioko la veille », continue-t-elle. « Ce sont eux qui l’ont amené ici ».

La question logique qui se pose est de savoir pourquoi des reliques humaines sont ainsi exposées à l’air libre sans que les autorités policières ou même les populations s’en émeuvent. La réponse est donnée sur place. « C’est sacré », confie la commerçante. « Quand un nain meurt, on ne l’enterre pas facilement. Il passe de localité en localité », débite-t-elle.

Les badauds ne manquent cependant pas de satisfaire leur curiosité (Ph : B24)
Les badauds ne manquent cependant pas de satisfaire leur curiosité (Ph : B24)

« Il a dû venir de plus loin qu’ici, puisqu’il ne reste plus que des ossements », appuie un autre curieux, plus âgé. « Chaque chef se débrouille pour qu’il ne reste pas sur son territoire.  Et s’il saute un chef, ce chef mourra ! Il doit être déplacé ainsi de suite jusqu’à la Cour du Mogho Naaba, lui pourra faire des rites pour qu’il soit enterré », ajoute un autre badaud, qui semble être sûr de son fait.

Il ne pleuvrait pas … à cause de « lui »

Mais il y a autre chose et qui pourrait expliquer ce début de saison pluvieuse difficile à Ouaga. « Vous le voyez comme ça là, l’eau ne le touche pas », dit la commerçante. « Tant qu’il est dans une localité, il ne pleut pas », affirme un autre curieux. Chose à souligner, la plupart des personnes qui jetaient un coup d’œil aux reliques ne sont pas surprises et semblent être au courant du fait.

« Ce sont des histoires ! »

Abdoulaye Nikiéma n’est pourtant pas de leur avis. « Ce sont des histoires ! Il y a des choses pires que ça mais cela n’a pas empêché la pluie de tomber », dit-il, chapelet autour du cou. « Si Dieu a dit qu’il va pleuvoir, ce n’est pas lui qui peut l’empêcher de pleuvoir ! », ajoute-t-il.

Dès 12h, ce jeudi, une fine pluie s'abattait sur Ouaga, malgré la présence des ossements (Ph : B24)
Dès 12h, ce jeudi, une fine pluie s’abattait sur Ouaga, malgré la présence des ossements (Ph : B24)

Selon les badauds, ces ossements ne doivent pas rester à Bendogo.

Le chef traditionnel de Bendogo, rejoint par  Burkina 24 à son domicile, confirme.  « Nous allons réunir les vieux pour voir ce qu’on va en faire », dit-il. Mais il n’a pas souhaité s’épancher sur le sujet. Il a juste confirmé que ces ossements  « viennent de loin » et qu’il n’était pas bon qu’ils restent dans le quartier. A la question de savoir si c’est « lui » qui empêche la pluie de tomber, le chef répondit en riant : « Ah, nous ne savons pas ! Peut-être ! ».

Quoi qu’il en soit, à 12h30, ce même jeudi 27 juin 2013,  le ciel s’est obscurci de gros nuages et une fine pluie s’est abattue sur Ouagadougou.

Votre serviteur Tanga

 

Il y a 11 commentaires

  1. IL NE FAUT PAS QUE LES BUKINABES SOIENT TJRS A CE STADE; c’EST REGRETABLE.Tout les hommes sont egaux en dignit?.Utilisons la raison dont Dieu nous a dot?.j’AI MAL AU FOND DE MOI. MERCI A BURKINA 24 QUI EN A PARL2;mais nous voulons la suite honorable de cet individu a aussi droit ? la dignit

  2. Vivement qu’un passager de air France songe ? prendre ce colis en compte et le faire enregistrer ? destination de la France notre ch?re m?tropole. elle doit ?tre probablement au courant de nos coutumes.

  3. J’ai une sugession ? faire ? nos journalistes, il ne faut pas qu’ils soient superficiels sur certains sujets. ils doivent apprendre ? aller plus loin que l’information simple.Sur ce sujet, on a des anthropologues sociologues et historiens qui ont dus ?tudier ces choses l?. nos coutumiers aussi mais l’interview de ce chef est encore superficiel. Il faut les approcher pour plus instruire l’opinion. Nous africains avons encore soif de connaitre nos traditions m?me si la rationalit? des ?coles, les universit?s et les nvelles religions nous am?nnent svt ? ne plus y croire.

  4. Personnelement je ne crois pas a ces histoires…?a aide certains a vivre…nous sommes africains avant tout.

  5. laisser le panier continuer sa route car il y a trois semaines il ?tait a kaya puis yako et aujourd’hui ouaga et selon les indiscr?tions il serait venu d’un pays voisin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre