« Messieurs du CDP, le 29 juin 2013 le peuple sortira! »

C’est la réponse de la jeunesse de l’Union pour le Progrès et le changement (UPC) au secrétaire exécutif du CDP, parvenue à notre rédaction et que nous publions pour vous. « Messieurs du CDP, le 29 juin 2013 le peuple sortira! », la première phrase de cette longue lettre ouverte signée du secrétaire à la jeunesse de l’UPC, en réponse à un précédent communiqué du secrétariat exécutif du CDP dans lequel il disait déplorer les agitations de l’opposition autour de la mise en place du SÉNAT.

Messieurs du CDP, LE 29 JUIN 2013, LE PEUPLE SORTIRA !!!

«  Il n’est point de vent favorable pour celui qui ne sait où il va. »

Cette célèbre citation de Sénèque prend tout son sens dans le contexte sociopolitique actuel du Burkina où à l’initiative du CFOP-B, des dignes fils de notre pays ont décidé de prendre part à la grande marche populaire de protestation contre le pouvoir de la 4ème République et mettre celui-ci en garde contre les décisions impopulaires qui ne font qu’écorner un climat social déjà fortement affaibli.

Le peuple Burkinabé en décidant d’organiser cette marche à l’initiative du CFOP-B semble bien savoir où il va. Et il est déterminé à se faire entendre.

Au regard du pilotage à vue de notre pays par ses gouvernants actuels, des hommes et femmes soucieux de leur devenir estiment que les dérives autoritaires, autocratiques et les nombreuses décisions gouvernementales sont aux antipodes de leurs préoccupations quotidiennes.

C’est malheureusement dans un tel contexte, que le Secrétaire Exécutif du parti au pouvoir décide de faire publier un communiqué qui, outre son caractère incendiaire et anti-démocratique, révèle à la face du monde l’impopularité du CDP et l’amateurisme de ses dirigeants.

Ce communiqué, tout comme les récentes déclarations et sorties médiatiques des cadres du CDP, des membres du gouvernement et autres associations affiliées à ce parti depuis le rejet par le peuple de l’instauration d’un SENAT au Burkina sont autant de primes au mépris des fondements démocratiques et  des règles constitutionnelles qui méritent d’être dénoncées

LES DEVIANCES DEMOCRATIQUES ET CONSTITUTIONNELLES DU CDP

Le communiqué incriminé dont la teneur est une véritable prime au mépris des fondements démocratiques et des règles  constitutionnelles dit déplorer les agitations de l’opposition autour de la mise en place du SENAT.

Un tel point de vue dénote à bien des égards que le parti au pouvoir  s’est toujours complu dans une démocratie de façade et il est important de le lui rappeler à l’heure où son vernis démocratique illusoire est en train de s’effacer aux yeux et à la face du monde entier.

Pour justifier la mise en place du SENAT, les thuriféraires  du régime invoquent son origine constitutionnelle. Ce jeu de dupe ne surprendra personne.

Le SENAT faut-il le rappeler, est né de la seule volonté d’individus soucieux de conserver le pouvoir. Sa matrice conceptuelle est le Conseil Consultatif sur les Réformes Politiques, le fameux CCRP qui a été tenu dans les mois de juin et juillet 2011 et qui avait fortement divisé la classe politique.

A l’initiative du Chef de l’Etat, encouragé alors par des apprentis sorciers à se maintenir ad vitam æternam au pouvoir, a été mis en place cette kermesse géante de CCRP à laquelle bien heureusement avaient refusé de prendre part les acteurs les plus représentatifs et les plus crédibles de l’opinion publique nationale. Le CCRP était donc, originellement, déjà dénué de toute base légale et de toute légitimité. Subséquemment, le SENAT, à l’instar des autres recommandations issues de cette grande messe folklorique héritent consubstantiellement de ces mêmes tares.

Le Sénat n’a aucun fondement légal car issu d’une consultation qui, elle-même, ne reposait sur aucune loi républicaine exécutoire. N’était inscrite dans aucune disposition constitutionnelle, ni dans aucune loi de l’Assemblée, l’organisation d’un CCRP ; la décision de sa convocation répondait plus à une question d’opportunisme et de hold up politique qu’à un quelconque souci de conformité légale ou constitutionnelle comme on tente de nous le servir actuellement.

Le Sénat manque pareillement de légitimité car issu d’un processus (le CCRP) qui a divisé la classe politique sur son bien fondé. Aujourd’hui, le dénominateur commun que ce nébuleux Senat partage avec le CCRP, c’est de diviser profondément la classe politique et la société burkinabè comme l’attestent les sorties médiatiques et les actions de terrains qui se mènent pour le décrier ou le défendre. Comment le CCRP, forum n’ayant jouit d’aucune légitimité, saurait il être la justification de la légitimité du Sénat?

A l’époque, et nous en avons tous souvenance, ce CCRP avait  servi une fois de plus à dilapider les maigres ressources publiques. Beaucoup d’encre avait coulé et certaines autorités de notre pays, dans le rôle favori de fous du roi, n’avaient pas manqué de tenter de justifier le bien-fondé de cette comédie géante par les thèses les plus loufoques et farfelues qui soient.

Monsieur le Secrétaire Exécutif du CDP, si la création du SENAT suscite un tel remous social, pour une fois au moins, ayez la sagesse d’y renoncer. Car si vous n’y prenez garde, ce fameux SENAT sera le cimetière du pouvoir que vous défendez avec tant de véhémence et peu de sagacité.

Nous vous interpellons au regard des récentes et inquiétantes tournées organisées dans toutes les régions  par le gouvernement, avec l’argent du contribuable où vos émissaires sont allés, sans aucune conviction d’ailleurs, tenter d’expliquer à un peuple éclairé et désormais très vigilant quant aux turpitudes de ses gouvernants, l’utilité de cette dispendieuse institution. Comme chacun d’entre nous, vous avez pu constater combien difficile fut l’exercice.

Tous les Burkinabè savent que le dernier  des soucis de leurs dirigeants est de consolider la démocratie comme ils aiment à le clamer. Ils sont persuadés, et nous avec, de son caractère non indispensable à la consolidation de la démocratie.

Vous renforcez les arguments de ceux qui prétendent qu’au Burkina Faso, la Constitution ne vaut que pour servir les intérêts d’un petit clan ou groupuscule : Quand les intérêts du clan sont en jeu, il devient légitime, voire de nécessité divine, de la modifier. En revanche lorsque l’intérêt général est bafoué et que des citoyens veulent jouer leur rôle de sentinelle et d’alerte quant aux nombreuses dérives autoritaires du pouvoir en place, là, on observe la valse des fossoyeurs de la république prêts à vendre leur âme au diable pour justifier son caractère sacré.

Il y a d’un côté le secrétariat exécutif du CDP qui s’évertuent à vouloir faire passer cette pilule du SENAT vomi par un peuple lucide, de l’autre  il y a les forces unies de la nation ; ce courageux peuple qui a décidé de s’y opposer avec tous les moyens légaux et républicains mis à sa disposition. C’est cela la démocratie. Mais les premiers cités eux semblent en ignorer la quintessence. En quoi la protestation contre le Sénat est-elle antidémocratique ?

Avoir une opinion différente sur le Sénat relève des articles 7 et 8 de la Constitution : C’est la liberté d’opinion.

 Manifester ce désaccord par des marches et des meetings relève également des formes de manifestation démocratiques reconnues par la Constitution (article 7 de notre Constitution).

Si comme il s’en réclame, le Secrétaire Exécutif du CDP est un démocrate, un républicain et un croyant épris de tolérance et d’acceptation de points de vue divergents de ceux de  son clan, il lui fallait tout simplement se taire plutôt que de d’attaquer ses adversaire sur le caractère démocratique de leur protestation dans le seul but de faire l’apologie de la création d’un SENAT dont mêmes les plus  crétins devinent aisément la finalité.

Les caciques du CDP ont tendance à faire montre de leur arrogance, se prenant pour des supers héros  parce que majoritaires à l’Assemblée Nationale et donc, de facto, à tort, ils pensent ou feignent de penser que leur formation politique serait la plus forte et la plus populaire de notre pays. Et c’est là une erreur qui peut leur être fatale. Si vous en êtes si convaincus, pourquoi  tant d’agitations, d’effervescences et de maladresses politiques autour de cette marche qui, comme vous le savez, est juste et légitime.

De quoi avez-vous peur ? Que l’impopularité de votre régime soit mise à nue à la face du monde entier ? Eh bien elle le sera. Républicain de votre acabit, vous auriez dû vous réjouir que la voie choisie par cette frange intègre de la population pour dire non aux alchimies du CDP soit pacifique et se passe sous le respect des règles de la république.

En effet, il difficilement compréhensible que le CDP dans son communiqué daté du 19 juin dernier en arrive à lancer un appel à « la vigilance et à la perspicacité » des citoyens Burkinabè.

En fait, vous pensez que les Burkinabè ne sont pas clairvoyants, qu’ils ont besoin de guide illuminé qui doit leur dire ce qu’ils doivent faire ? Ce qui est bon ou mauvais pour eux ?

Démocrates supposés et légalistes quand cela vous arrange, vous devriez à tout le moins savoir que l’Article 7 de notre constitution consacre avec force et détermination le droit de manifestation. L’opposition soucieuse du respect des lois et des règlements a respecté toute la procédure administrative visant à rendre légale cette marche de protestation contre votre régime autoritaire.

Parler d’agitation de l’opposition et interpeller le peuple du Burkina en lui demandant d’être vigilant comme vous le faites, c’est d’une part la preuve patente que le régime auquel vous appartenez est pathologiquement anti démocrate, qu’il est en ce moment désemparé et que son impopularité à atteint des sommets jamais égalés. C’est d’autre part le constat d’une belle injure que votre parti, à l’instar de tous les autres partis fascistes,  fait à l’endroit des millions de burkinabè épris de justice, de liberté et de dignité. Oseriez-vous insinuer que les Burkinabè ne sont pas en mesure eux-mêmes de décider de la justesse et du bien-fondé de l’appel à eux lancé par le CFOP-B en vue de défendre le peu de dignité qui leur reste ? Bafoués et humiliés qu’ils ont été depuis des décennies par les obscurantistes oligarques qui s’érigent aujourd’hui en donneurs de leçons.

Il est un peu trop facile de se faire passer pour les apôtres d’une paix chimérique qui relève plus d’une proclamation de foi émanant d’un pouvoir usé et sclérosé que d’une réelle politique structurelle véritablement voulue par les premiers dirigeants du pays.

Il n’y a pas de raccourci, ni de duperie pour tendre vers la paix. Vous gouvernez (pour le moment) notre pays. Vous auriez dû servir d’exemples à la jeunesse. Notamment, être des modèles et exalter ces vertus cardinales qui, lorsqu’elles sont bien cultivées, aboutissent inexorablement à un climat social de paix. L’égalité, la justice sociale, la solidarité, l’intégrité, le respect envers son prochain, la culture de l’excellence etc. Mais là, nous en convenons, c’est un peu trop vous demander. Ces valeurs selon toutes apparences vous disent peu de choses.

C’est dans ce contexte de régression constante en terme de valeurs et de qualités humaines que le CDP, votre parti, à l’outrecuidance de publier un communiqué aux allures condescendants et  paternalistes demandant vigilance et perspicacité à l’ensemble des Burkinabè attestant à suffisance que ce parti politique comme de coutume se plait à infantiliser les Burkinabè, à les instrumentaliser  après les avoir affamé. Mais toute chose ayant une fin, nous tenons à vous dire  Messieurs les responsables du CDP, que le SENAT est la forfaiture de trop et ça ne passera pas.

Même cette jeunesse que vous avez volontairement appauvrie et que vous n’arrivez à mobiliser qu’à coups d’espèces sonnantes et trébuchantes n’y croit plus.

 Les Burkinabè sont responsables et conscients de ce qu’ils veulent pour eux et pour leur progéniture. La jeunesse de notre mérite de notre pays mérite un avenir plus radieux.

Le vaillant peuple du Faso, quoi qu’il en coûte, sortira le 29 juin 2013 pour manifester son mécontentement  au vu de l’amateurisme avec lequel notre pays est gouverné, si telle doit être la rançon de sa liberté et le retour à sa dignité.

Oui il sortira et il sortira massivement

Le semblant de démocratie qui prévaut dans notre pays, cette fausse mélodie que votre parti chante à longueur de journée  sans conviction aucune, n’est que l’abominable expression de pauvres panégyristes soucieux de plaire à leur chef dont ils savent le pouvoir moribond et décadent.

De quelle démocratie parlez-vous? Quelle leçon de démocratie croyez-vous être en droit de donner au peuple ? Cette tragi-mélo comédie où vous excellez dans l’art de la mise en scène pour jouer aux fous du roi et être dans les bonnes grâces de celui-ci le temps de quelques éclaircis puis retomber ensuite dans l’abîme et l’obscurité toute honte bue lorsque le clan a fini de vous faire faire les plus abjectes obscénités ?

Sachez que notre peuple est bien plus vigilant et perspicace que vous ne le pensez. Il est surtout déterminé à ne plus se faire piétiner par une minorité qui s’est subrepticement accaparer de la majorité des richesses de notre pays. Le peuple est là. Il vous tient à l’œil.

L’arrogance, le manque d’humilité et le mépris que vous cultivez à l’égard des opposants et des masses laborieuses ont toujours été  votre méthode de gouvernement. Aujourd’hui, vous avez peur que le peuple uni comme un seul homme sorte le 29 Juin 2013 pour crier urbi et orbi que le Burkina Faso est dirigé par une bande de ploutocrates qui ne pensent qu’à leur panse.

Mr le Secrétaire Exécutif du parti « majoritaire » dites à vos camarades du CDP et autres membres du gouvernement (émissaires dans les régions) que  le peuple sortira le 29 juin et il sortira nombreux ne vous en déplaise.

Ce peuple que vous méprisez tant, sortira ce 29 juin.

Le peuple sortira et il sortira nombreux pour vous dire sans équivoque qu’il a marre de la vie chère et de la corruption.

Il sortira pour vous dire sans équivoque qu’il ne veut point de votre Sénat encore moins d’une éventuelle révision de l’article 37.

Pour le secrétariat à la jeunesse de l’UPC

Léonce ZAGRE

Secrétaire à la jeunesse



Justin Yarga

Journaliste web qui teste des outils de Webjournalisme et datajournalisme, Media strategy consultant.

Articles similaires

6 commentaires

  1. dites au sec executif cdp qu`ils doivent leur majorite a une population presque analphabete mais clairvoyante cette fois ci.sachez que nos ancetres ne sont pas battus pour la reconstitution de notre cher patrie en 1947 pour que vous vouliez a tout prix permettre a une seule famille de la gerer si ce nest deja le cas.vous les arrivistes n`etes vous pas des docteur des prof dc plus intellec que ce le blaiso ou francois pour diriger?vos poches que vous voudriez tant remplir seront videes et vos testos et autres mis a nus.on marchera car la loi l`autorise.wakita

  2. Entendez vous parceque rien ne prouve que ce nest pas un jeu politique pour encore arnaquer le peuple.Puisque jusqu'a preuve de contraire, il nya pas de temoin du divorse entre des camarades et amis de longue date qui ont fais des affaires ensemble, prendre des grandes decisions ensemble.Labsence donc de ses preuves recommande une plus grande mefiance.

  3. Mr le Secr?taire Ex?cutif du parti ? majoritaire ? dites ? vos camarades du CDP et autres membres du gouvernement (?missaires dans les r?gions) que le peuple sortira le 29 juin et il sortira nombreux ne vous en d?plaise.

    Ce peuple que vous m?prisez tant, sortira ce 29 juin.

    Le peuple sortira et il sortira nombreux pour vous dire sans ?quivoque qu?il a marre de la vie ch?re et de la corruption.

    Il sortira pour vous dire sans ?quivoque qu?il ne veut point de votre S?nat encore moins d?une ?ventuelle r?vision de l?article 37.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page