SÉNÉGAL : Hissène Habré arrêté et placé en garde à vue

513 0
L'ancien dirigeant tchadien, Hissene Habre. Ph. rdpl info
L’ancien dirigeant tchadien, Hissene Habre. Ph. rdpl info

Hissène Habré l’ex président Tchadien vivant en exil à Dakar depuis 22 ans vient d’être arrêté et placé en garde à vue à Dakar. La nouvelle est relayée par la presse autant nationale qu’internationale.

D’après les propos de Me Elhadj Diouf, l’avocat d’Hissène Habré qui s’est exprimé sur les ondes d’une radio Dakaroise, ce dernier a été arrêté ce matin à son domicile aux Almadies (Quartier huppé de la capitale Sénégalaise) par des Gendarmes. Cette arrestation d’après les différentes sources est intervenue aux alentours de 10H ce dimanche matin.

Pour rappel, Hissène Habré est accusé de crimes de guerre et de crime contre l’humanité sur la période 1982-1990, période au cours de laquelle il tenait les reines de l’Etat Tchadien pour par la suite être renversé par Idriss Déby, ce après quoi il s’est exilé au Sénégal où jusque là il a réussi à échapper à tout procès, bénéficiant d’une certaine manière des faveurs des régimes en place jusque là.

L’arrivée de Macky Sall au pouvoir semble avoir sonné la fin de la récréation et depuis tout est mis en place pour qu’enfin ait lieu le procès tant souhaité par de nombreuses personnes et organisations de lutte pour les Droits de l’Homme. Dans la foulé un accord de coopération judiciaire avait été signé par le Sénégal et le Tchad avec entre autre objectif de faire aboutir ledit procès.

C’est donc dans ce cadre qu’ont été mises sur place des chambres extraordinaires au sein du système judiciaire Sénégalais, chargées de le juger. Aussi donc,  le procureur spécial près cette cour a entamé ses enquêtes depuis le mois de février dernier. Un responsable du ministère de la justice joint au téléphone par RFI affirme en effet qu’ « Hissène Habré a été interpellé et placé en garde à vue, en attendant d’être entendu par le Procureur général des Chambres extraordinaires ».

Son avocat qui dit avoir été informé par une des épouses de l’ancien chef d’Etat soutient que ses droits n’ont pas été respectés et se demande quelle urgence il y’avait à l’arrêter un dimanche.

Youssouf Bâ

Pour Burkina 24



Youssouf Bâ

Juriste, Spécialisé en Droit de l'Intégration. Journaliste, Poète.

Article similaire

Il y a 1 commentaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *