Bobo-Dioulasso: Sam’s K Le Jah et Smockey dirigent une action pour la libération des manifestants en garde à vue

833 8

Sam'S K et Smockey(arrêtés au milieu), lors de la rencontre avec les jeunes. Ph.B24
Sam’S K et Smockey(arrêtés au milieu), lors de la rencontre avec les jeunes. Ph.B24

A Bobo-Dioulasso depuis la veille dans le cadre de la finale du concours d’art oratoire « Thé Batteur », les artistes Sam’s K Le Jah et Smockey, du Mouvement Balai Citoyen, ont entrepris samedi une action visant la libération des manifestants gardés à vue. Ces manifestants avaient barricadé la Route Nationale 1 (sortie de Bobo), pour exiger l’électrification de cette voie qui a enregistré nombre d’accidents mortels ces derniers temps.  

Informés de la garde à vue de plusieurs manifestants, les deux artistes ont décidé samedi de mobiliser les jeunes de la ville pour exiger la libération immédiate desdits manifestants. Ainsi, dans la matinée, ils se sont d’abord entretenus avec deux représentants de la commune et des vieux des secteurs 24 et 25. Ils ont également rendu visite à un manifestant blessé à la jambe par un projectile de gaz lacrymogène, à qui ils ont fait un don en espèce pour qu’il se soigne.

Mais les pourparlers avec les représentants des autorités n’ont pas abouti. Ces représentants, en notre présence avaient refusé de parler. « S’il ya la presse, nous on parle pas », avaient déclaré les émissaires de la mairie(Le 1er adjoint au maire de l’arrondissement 5 et le 2ème adjoint au maire de l’arrondissement 4). Toutefois, plusieurs participants ont évoqué des  malentendus lors de l’entretien. Il est ressorti des échanges que le gouvernement attend un financement de plus de 400 millions de francs CFA de l’Union Européenne pour l’électrification de la RN1.

« Quelqu’un a bouffé l’argent »

 Smockey a trouvé anormal le fait que la construction de la voie n’ait pas pris en compte l’électrification et les autres commodités. « C’est que quelqu’un a bouffé l’argent », a-t-il dit aux émissaires de la mairie, sans contours. Et Sam’s K de renchérir : « Ce sont ceux qui ont bouffé l’argent qui devaient être en prison et non ces jeunes qui demandent qu’on protège leurs vies ». Ces phrases ont visiblement vexé les deux envoyés spéciaux, qui ont rebroussé chemin.

Après cette rencontre qui a fini en queue de poisson, Sams K et Smockey ont organisé un rassemblement des jeunes sur le terrain de sport du Lycée  GASMO pour un meeting  et des messages de sensibilisation. Les jeunes rejoignaient le groupe de toutes parts. La section Bobo de l’ANEB (Association Nationale des Étudiants Burkinabè) est entrée dans la danse. Le rappeur et le Rasta avaient proposé une idée : Se regrouper, rejoindre la voie avec des bandeaux noirs aux bras(en hommage à toutes les victimes de la RN1) et s’asseoir pacifiquement pour barricader la route.

La RN1 à nouveau barricadée ?

L’ANEB qui a apprécié l’idée, a néanmoins proposé que l’action soit reportée au lendemain dimanche à 8 heures, pour permettre aux organisateurs de mieux mobiliser, et à beaucoup d’autres mouvements de s’y joindre. Cette proposition a fait l’unanimité.

Lors du meeting improvisé sur place, la structure estudiantine, citant le MBDHP (Mouvement Burkinabè des Droits de l’Homme), avait affirmé que deux manifestants ont été libérés. Contactée par Burkina 24, la section locale du MBDHP n’a pas confirmé ces libérations. Le mouvement des droits de l’homme affirmait que pour l’heure, il n’avait ni le nombre exact, ni les identités des individus gardés à  vue. Au moment du meeting, une dame, s’exprimant en moré, a témoigné que son fils est en prison depuis deux jours. Encourageant le Balai Citoyen, elle a ajouté qu’elle a tenté sans succès de voir son fils depuis son arrestation.

Traduire la commune en justice

Par ailleurs, le Balai Citoyen dit vouloir recenser les familles des victimes de la RN1, pour intenter une action en justice contre la commune de Bobo. Les rencontres et meetings ont eu lieu de 8 heures à 16 heures.

Toute la journée de samedi, des véhicules de la CRS patrouillaient dans les secteurs 24 et 25. L’inquiétude se lisait sur les visages des habitants, et les causeries de lieux publics tournaient autour de cette affaire qui n’annonce pas des lendemains tranquilles.

Michel KONKOBO

Pour Burkina 24



Article similaire

There are 8 comments

  1. justice au faso |

    l’opposition dois aussi r?agir face a ces genres de situation afin de montrer qu’ils sont derri?re le peuple. merci ? nos deux int?gres burkinab?s.

  2. de la part de Smockey et de Sams k je ne suis pas surpris c’est de vrai combatants.

  3. Etre leader,est naturelle mais on ne devient pas parckon veut.Cest comme la musique ou le foot ball chacun n? avec son etoile.Unitil donc de forcer.mieux vaut vs occuper de vos gitares.A bon atendeur salu.

  4. les autorites proposent de continuer la reflextion quel honte. 8 ans de reflexion pour electrifie un troncon long comme charles de gaule .

  5. Non au S?nat |

    Je voulais apporter mon soutien ? Sam’s et Smockey. Vous ?tes les dignes fils du Faso. Le peuple vous sera reconnaissant. Merci pour votre combat.

  6. vraiment bcp de courage et que la lumi?re soit faite et que celui qui a mang? (bouff?) l'argent reponde de tout ce sang vers? et que justice soit rendu au peuple qui ne demande qu'? ?tre prot?g

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *