A Soweto, quand Barak Obama invitait la jeunesse africaine à prendre son destin en main

451 0

OBAMA à SowetoAu cours de son périple africain le président américain aura marqué une étape importante, celle du campus de Soweto, lieu hautement symbolique du combat contre l’apartheid. Le 29 juin dernier, face à une assistance constituée en majorité de jeunes entrepreneurs et d’étudiants de divers horizons, Barak Obama a envoyé un message fort à la jeunesse du continent.

Apres Accra 2009 où il avait lancé que «L’Afrique a besoin d’Institutions fortes plutôt que d’hommes forts», Obama version Soweto 2013 à invité la jeunesse africaine à prendre conscience que l’avenir du continent est entre ses mains, l’appelant au passage à s’inspirer de Nelson Mandela pour faire face aux défis de la vie.

Le modèle Mandela, « une source d’inspiration pour nous tous.»

Au campus de Soweto Barack Obama a rendu un vibrant hommage à Nelson Mandela à qui il a demandé à la jeunesse africaine de suivre l’exemple. Prix Nobel de la paix avant lui, Obama a à plusieurs reprises identifié Mandela comme son héros. Ce qui s’est passé dans ce pays, de l’apartheid jusqu’à la démocratie dit-il, « a été une inspiration pour le monde et le restera ».

L’illustre hôte du jour a ensuite appelé les jeunes à améliorer leurs connaissances et développer leurs compétences pour mieux servir leurs pays et contribuer à assurer un meilleur avenir. «  Il vous faut bâtir l’avenir que vous cherchez, réaliser la vision du futur que vous avez, non seulement pour vos pays respectifs mais aussi pour le monde » Face aux difficultés il leur a demandé encore une fois de garder en mémoire le parcours du héros de la lutte anti-apartheid qui « a eu des moments sombres qui ont mis à l’épreuve sa foi dans l’humanité, mais malgré cela n’a jamais désespéré »

Obama « fondamentalement optimiste » pour l’Afrique « un continent en mouvement »

Le président américain après avoir cité des exemples de projets dynamiques portés par de jeunes entrepreneurs a rappelé sa «confiance en l’Afrique, un continent en mouvement.» Il s’est dit fondamentalement optimiste et convaincu que cette jeunesse  incarne «le dynamisme, l’imagination, la créativité » du continent. Il leur a en outre demandé de prendre conscience que l’avenir du continent est entre leur main, mais en prenant le soins de leur rappelé qu’il leur incombe aussi de « prendre leurs responsabilités », en commençant par la nécessité pour eux de demander des comptes a leurs gouvernants surtout dans les domaines de la gouvernance, de la corruption et de la transparence.

A Soweto, le Président américain a enfin annoncé un plan consistant en un nouveau programme devant donner l’opportunité tous les ans à « 500 jeunes leaders africains » de suivre une formation aux Etats-Unis et de bénéficier par la suite d’aides et d’accompagnement à l’entreprenariat. 

En définitive Obama à surtout plaidé pour « une nouvelle Afrique », il a présenté sa nouvelle vision de « l’avenir que nous pouvons bâtir ensemble – Africains et Américains ».  Les observateurs africains attendait de Barak Obama pour son second mandat une réanimation de l’engagement américain en faveur du continent et il semble se dessiner une volonté d’une présence renouvelée et plus optimiste auprès de l’Afrique. Les projets du président américain d’investir dans la jeunesse, s’ils sont correctement réalisés, peuvent avoir un effet positif sur le développement du continent grâce notamment au transfert de technologie et de connaissances, à la formation et au développement des systèmes de partenariats mutuellement profitables.

Dans tout cas les Africains doivent avant tout prendre en main le destin du continent, leur destin et croire en cette nouvelle Afrique prospère, combative et compétitive que eux et eux seuls pourront réaliser. Nelson Mandela demeure un bel exemple d’afro-optimiste et n’a pas manqué de nous enseigné qu’ « on ne peut pas obtenir un résultat si, au fond de nous même, nous n’avons pas l’intime conviction qu’il se produira »

 Nelson Compaore,

Chroniqueur relations internationales, pour Burkina 24



Nelson compaore

Chroniqueur Relations internationales pour Burkina 24, Juriste internationaliste, Doctorant en droit.

Article similaire

Il y a 1 commentaire

  1. Anicet Johnson Yogo |

    Nelson Compaore tres bn resume! L'Afrique appartient aux Africains et rien qu'aux Africains. C'est a ns de la rendre prospere.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *