Coup de gueule : Encore l’ONATEL !

131 4

Il ne fait pas bon de dépendre d’Internet et du téléphone fixe au Burkina Faso ! Mais cela est-il possible dans un monde définitivement et inéluctable inter-lié et interconnecté ? La réponse est non, évidemment. On peut donc comprendre le supplice que fait subir le premier fournisseur d’Internet au Burkina qu’est l’Office national des télécommunications (ONATEL) qui, depuis une semaine, prive plusieurs de ses abonnés d’Internet et de téléphone fixe à Ouagadougou.

-
Sans toile et sans tonalité (Ph : B24)

Et votre média Burkina 24  en fait doublement les frais  puisqu’il n’a plus d’existence dès que le souffle virtuel tarit. Cela fait huit jours, jour pour jour, que le média et ses voisins sont coupés de la fourniture téléphonique et d’Internet par câble.

 Ils ne peuvent donc plus joindre et être joints par leurs correspondants et sont obligés de faire manuellement ce qui était possible par le clavier d’ordinateur et de se déporter dans des cybers, avec ce que cela induit comme conséquences financières imprévues.

Le pire c’est cette impression d’indifférence que ressentent les personnes lésées lorsqu’elles se présentent aux agents de la société. Les plaintes des clients sont souvent accueillies avec une désinvolture déconcertante. « Vous n’êtes pas le seul dans ce cas », laissent entendre, laconiques, certains agents.

Câbles sectionnées, oui, mais les factures ne le sont pas

Des personnes habilitées expliquent que des câbles de l’ONATEL ont (encore) été sectionnées. D’accord que des câbles soient sectionnées et l’on peut unir les forces pour jeter l’anathème sur les coupables, en priant pour que la police leur mette un jour la main dessus. Mais pourquoi mettre autant de temps pour remettre d’aplomb les fils de l’accès au monde ?

Il peut certes y  avoir des cas de force majeure. Mais les clients sont désormais moins disposés à faire preuve de tolérance puisque l’ONATEL lui-même n’en a pas lorsqu’il s’agit de recouvrer ses factures, qui doivent rentrer dru et à bonne date.   L’ONATEL comprendra-t-il que des clients annoncent des ruptures de … liquidités ?

Que chacun respecte donc les termes du contrat.

Burkina 24

 

Il y a 4 commentaires

  1. Oui, Ben Maal? Al Navi. Mais on parle ici de respecter un contrat ! Et puis, 3,75 G l?, c’est ? voir ! Les T?l?phonies mobiles et fixes ne nous servent pas de la qualit? au Faso. C’est ?a qui est la v?rit? !

  2. Et surtout que pour les connections ADSL se rapportant au t?l?phone fixe on est toujours factur? sans avoir b?n?fici? de la connection.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre