Tournoi Inter Rédactions : la presse audiovisuelle plus forte que tous

175 2
Les matches ont été âprement disputés
Les matches ont été âprement disputés

La presse audiovisuelle (radios et télévisions) a remporté la 13ème édition du tournoi inter rédactions en battant les Editions Sidwaya (3-1) en finale.

Les hommes de médias burkinabè ont montré qu’à part leur métier qui est de collecter, traiter et diffuser l’information, ils savaient aussi faire autre chose comme jouer au football. Ils l’ont démontré le vendredi 5  juillet 2013 sur le plateau de la SONAR, à l’occasion de la 13ème édition du tournoi inter rédactions (TIR) remporté par la presse audiovisuelle devant les éditions Sidwaya.

Pourtant la compétition a mal débuté pour les journalistes de l’audiovisuel lors du premier match éliminatoire qui les opposait à l’équipe qu’ils ont battu en finale, les Editions Sidwaya. La presse audiovisuelle s’était inclinée pendant la séance de tirs aux buts alors que pendant le temps réglementaire, le score était de un but partout. Par la suite, la presse audiovisuelle, qui a profité du statut de meilleure perdante,  a éliminé l’équipe de Bobo Dioulasso, tombeur de la télévision nationale et retrouve Sidwaya qui a sortie la  radio nationale, en demi-finale. Une revanche pour la presse audiovisuelle était attendue pour les uns tandis que d’autres pensaient que les Editions Sidwaya allaient  avec une équipe rajeunie à 80%, prendre sa revanche. Finalement, Moussavou Bila de la télévision Canal 3 auteur d’un triplé (dont deux sur penalty) a permis à la presse audiovisuelle de remporter cette finale (3-1). Remy Zoéringré a marqué le but de Sidwaya.

Le capitaine de la presse audiovisuelle et meilleur buteur Moussavou Bila,: « On a profité de notre chance de meilleure perdante. On s’est dit que si on passait ce serait la bonne. L’année dernière nous avons joué la finale mais nous avons perdu. Ce n’est pas seulement la presse audiovisuelle qui a gagné mais c’est toute la presse. Moi particulièrement je suis satisfait de la mobilisation de toute la presse pour cette 13ème édition du TIR. Espérons que le TIR puisse continuer de grandir ainsi. Je suis satisfait d’avoir marqué des buts même si on dit que c’est toujours sur penalty. Cela fait parti du règlement. Je suis satisfait de mes coéquipiers et de l’ensemble de mes confrères ».

Geremi Nion, iniateur du TIR : « Le TIR,  c’est un cadre assez informel pour créer des moments de recréation aux hommes de médias. Vous savez que nous sommes toujours à la tâche. Nous sommes préoccupés si bien qu’on ne prend plus soin de nos petits corps. Le TIR c’est le moment où on rassemble les anciens et les jeunes, c’est vraiment un cadre de retrouvaille. C’est cela l’objectif. Cette année, vous avez que ce sont les dames qui ont pris l’initiative d’ameuter tout le monde. L’objectif était de donner un autre visage caché à la chose. Quand une dame vous dit, « je vais gagner », tout le monde se bat, décuple ses efforts, pour qu’on puisse sentir que  l’honneur est défendu. C’est l’innovation majeure de cette édition. Je suis entièrement satisfait. Nous avons recomposé les équipes, c’est l’audiovisuelle privée, qui est composée ainsi pour la première fois qui triomphe, cela veut dire qu’il y a de la matière. Nous avons besoin de compartimenter les différentes équipes afin d’avoir plus de jeu. Il y a des équipes de Gaoua qui veulent venir, celle de Koudougou aussi. Nous sommes en train d’étudier tout cela ».

La directrice de la Lonab Amélie Tamboura : « J’avoue que j’ai passé une agréable soirée. Je comprends pourquoi vous avez organisé cela parce qu’il s’agit d’un moment de détente. J’ai ris jusqu’aux larmes…  Tout le monde est vraiment dedans. C’est un plaisir de voir cela. C’est pourquoi la LONAB a décidé d’inscrire le TIR dans ses activités… J’ai été vraiment surprise. Je me demande s’il n’y a pas des gens qui ne sont pas journalistes et qui ont joué. J’ai vraiment été émerveillée par les joueurs. J’ai été impressionnée par l’équipe de Bobo parce que j’avais déjà entendu parler d’elle. Je les ai vus à l’œuvre. Mais comme vous savez, c’est comme lorsqu’on fait des paris. On mise sur un cheval qui a bonne côte et au final, ce cheval ne rentre pas. Je pense que c’est ce qui s’est passé ce soir. Personnellement, j’ai misé sur Sidwaya, mais au finish, c’est la presse audiovisuelle qui a gagné, je suis très contente pour eux ».

Le ministre des Sport et Loisirs Yacouba Ouédraogo : « J’aimerai féliciter cette initiative qui permet aux journalistes sportifs de se retrouver. Cela va leur permettre de savoir que ce n’est pas évident quand ils se retrouvent devant les Étalons.   Cela va permettre aux uns et aux autres de doser un peu les critiques. Au niveau du ministère des sports comme vous le savez, nous sommes un partenaire du TIR, nous allons continuer à vous soutenir afin qu’au niveau des journalistes vous puissiez suivre le mouvement général du sport pour tous. Lire la suite sur sports.burkina24.com

Il y a 2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre