Franco Boys & Girls : les outils de campagne de François Compaoré en mode test ?

620 15

Lentement mais sûrement. François Compaoré, petit-frère du président du Faso, resté longtemps dans l’ombre en prise avec les ombres tumultueuses de l’histoire burkinabè et dans les couloirs feutrés du palais présidentiel de Kossyam, est en train de renaître sur le plan médiatique. Timidement, comme veulent le laisser penser son apparence et son sourire, mais fermement. Et tous les moyens de propagande sont bons.

Une pancarte lors de la marche du 6 juillet du CDP et ses alliés (Ph : B24)
Une pancarte lors de la marche du 6 juillet du CDP et ses alliés (Ph : B24)

Les plus en vue actuellement, outre ses sorties médiatiques qui défraient désormais la chronique (il a notamment indiqué le  6 juillet dernier que l’article 37 de la Constitution “était un article de trop), sont ces affiches et pancartes qui tendent  à montrer que des Burkinabè, surtout les jeunes, pensent du bien de lui.

François Compaoré lors d'un meeting de remerciement du CDP le 25 mai 2013 à Ouagadougou (Ph : B24)
François Compaoré lors d’un meeting de remerciement du CDP le 25 mai 2013 à Ouagadougou (Ph : B24)

Le premier de ces outils de campagne  est apparu lors de la campagne électorale des élections couplées de décembre 2012. « Les Franco Boys & Girls » ont fait leur apparition. Portées à bout de bras par de jeunes gens, ces pancartes font l’apologie du petit-frère et conseiller économique du Président du Faso.

Test ?

Jamais un époux sans son épouse, la moitié de François Compaoré a également ses « filles », « amoureusement » nommées « les princesses de Salah ». A chaque meeting où le couple doit être présent, leurs « ouailles » les suivent pour faire du bruit à leur prise de parole ou lorsque leur nom est simplement cité.

"Les filles de Salah", du nom de l'épouse de François Compaoré (Ph : B24)
“Les filles de Salah”, du nom de l’épouse de François Compaoré (Ph : B24)

Simple effet de mode ? Outils réels de propagande ? Test de popularité ? Echantillon des futurs gadgets de campagne de « Franco » au cas où il changerait d’avis sur 2015 (des Burkinabè de la diaspora avaient fait une sortie, furieusement critiquée, pour  demander sa candidature) ? A part lui et  Blaise Compaoré (et Assimi Koanda, dans une moindre mesure), aucun membre de la galaxie du pouvoir ne s’est abonné à ce culte de la personnalité qui ne dit pas son nom.

Dans tous les cas, François Compaoré sort de plus en plus du bois. Reste à savoir où il veut maintenant aller.

Abdou ZOURE

Pour Burkina 24

Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Article similaire

Il y a 15 commentaires

  1. bande de zouaves. Et les autres cdpistes, la queue entre les jambes qui pensent que seule cette famille peut faire leur bonheur. ahhhhhhhhhhhhhhhhhh ?a fait piti

  2. Dans tous les cas, Dieu dort pas! Chaque chose a sa fin et celle de la dynastie est toute proche! Voyez -en les signes!Pr?pararons nous chers compatriotes ? UNE REVOLUTION!!!!!!

  3. Tous les ingr?dients pour une mont?e en puissance d’un r?gime autocratique sont bien visible au BURKINA FASO maintenant! Mais il y a un proverbe de chez nous qui dit que lorsque vous voyez une fournis qui choisit de ramasser non des graines de mil mais de haricot , h?las elle court in?luctablement ? sa perte.

  4. L?ADF-RDA marque une fois de plus son attachement ? la paix et ? la d?mocratie, comme elle l?a d?ailleurs toujours d?montr? au prix parfois de grands sacrifices. Cependant, elle porte ? la connaissance de ses militants et sympathisants qu?elle ne prendra pas part ? la marche du 06 juillet 2013.

  5. quand on voit un compatriote qui prend le chemin de sa perte et que l’on a aucun moyen de l’en ?carter, on baisse ses yeux, et on tente de verser des larmes. pleurons, chers burkinab

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *