Journée mondiale de la population: Protéger davantage les droits des adolescentes

530 0
-

Célébrée chaque 11 juillet, la Journée mondiale de la population (JMP) a été commémorée cette année sous le thème «Les grosses chez les adolescentes», un autre phénomène de plus en plus remarqué au sein des populations.

Au Burkina Faso, la cérémonie de célébration de cette 24e JMP s’est tenue dans la salle de conférences du Conseil burkinabè des chargeurs (CBC) sous la présidence du ministre de l’Economie et des Finances représenté par celui de la Santé Léné Sebgo.

Elle a regroupé les ministères membres du Conseil national de la population, les organisations du système des Nations-Unies, les partenaires techniques et financiers, les organisations en population et développement.

-

Le thème de cette année soulève un problème de santé chez les adolescentes avec des conséquences sociales surtout lorsque ces grossesses surviennent de façon inopportune, inopinée et non souhaitée. Le choix du thème émane donc du souci de prendre en compte leurs droits, leur santé, leur éducation et leur potentiel dans l’agenda de développement post-2015.

Il s’agit selon le président du comité d’organisation Inoussa Ouiminga de faire un appel à la conscience collective au plan international et national sur un problème de développement en rapport avec l’effectif et les tendances démographiques.

Au Burkina Faso le taux moyen d’accroissement de la population se situe à 3,1% ; les filles de 15 à 19 ans (19% des femmes en âge de procréer) contribuent à 11% de la fécondité totale des femmes ; parmi elles, 24% ont déjà commencé leur vie féconde, 19% ont un enfant et 5% sont enceintes.

Le ministre de la Santé a donc invité la population à respecter les droits des adolescentes en empêchant leur mariage avant 18 ans et en veillant à leur scolarisation et leur maintien dans le système éducatif jusqu’à terme.

Il a invité les adolescents et jeunes à une grande fréquentation des centres de santé, et aux parents à renforcer la communication, car il demeure nécessaire les jeunes et adolescents reçoivent une éducation complète à la sexualité conçue en fonction de leur âge.

Boureima LANKOANDE

Pour Burkina 24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *