Protestation dans les médias publics au Burkina : Enfin !

233 10

Le mercure de cette semaine est marqué par l’annonce faite par les travailleurs des médias publics burkinabè  d’organiser un sit-in ce mardi 16 juillet devant le ministère de la communication. L’une des raisons principales de cette manif mérite de figurer dans les annales.

Le média public n’est la propriété de personne

Ils disent non à l’intervention de leur ministère dans le traitement de l’information. La protestation est de taille et de mémoire de Burkinabè, ce doit être certainement la première fois qu’un tel mouvement se déroule sous le ciel du Faso.

Mais la cause est noble. Et elle mérite d’être soutenue. Les médias publics en Afrique sont considérés comme des caisses de résonance par les dirigeants. Un outil de communication à leur disposition pour, souvent, ne pas dire la vérité et aussi pour camoufler la vérité.

Flagrant délit

Au Burkina, combien de fois les « Hommes intègres » ont vu des actualités en défaveur du pouvoir en place dénaturées sur les ondes de la télévision nationale ? Combien d’évènements qui ne flattent pas l’ego du gouvernement ont-ils purement et simplement bénéficié d’un black out total ? Combien de fois des Burkinabè ont-ils dû recourir aux chaînes de télé privées pour s’informer sur des faits qui ne devraient pas passer inaperçus sur une chaîne publique ?

La marche du 29 juin 2013 a été la goutte flagrante. Cela s’est passé aux yeux de tous. Et les autorités du ministère de la communication peuvent difficilement le nier ou le justifier.

La RTB burkinabè aux Burkinabè

C’est peut-être l’occasion pour le gouvernement de savoir que la RTB et les médias publics en général sont tributaires du budget national, qui est lui-même gorgé par les taxes et impôts du contribuable burkinabè. L’on peut dire que ce budget est sous perfusion de « l’aide » internationale. Mais cette « aide » sera payée par les Burkinabè dans 100 ou 200 ans. Alors, il n’y a pas de raison que ces médias profitent plus aux uns qu’aux autres.

Combat commun

Il ne reste qu’aux travailleurs des médias publics de savoir que ce combat est le leur. La liberté de presse et d’expression est une conquête perpétuelle. Le boucher n’a pas à intervenir dans le travail d’un maçon.

Il est à espérer que cette action, alliée au sondage lancé par le ministère de l’information sur la RTB, contribuera à changer les choses.

La Rédaction

Il y a 10 commentaires

  1. Il faudrait commencer ? penser apr?s ce siting, quels sont les suites ? donner et surtout comment faire plier le regime . Presse morte….pour une semaine, je propose….

  2. Attention ? l'illustration choisie pour vos articles. Je viens de reconna?tre M. Cheik Oumar Sissoko, cin?aste malien et nouveau pr?sident de la FEPACI sur votre post "Protestation des m?dias publics…". Je ne crois qu'il ait quelque chose ? voir avec la protestation des m?dias publics d Burkina

  3. Cette lutte doit interpeler les journalistes les hommes de m?diat corrompu, ils doivent accepter que ind?pendance dans le traitement de l'information est in?vitable pour produire un bon article

  4. une autre preuve qu’il y a immixtion dans le traitement de l’info: j’ai guett? un reportage sur la RTB concernant le point de presse des journalistes du public en vain. (Si vous en avez vu, d?tes le moi). C’est plut?t une cha?ne priv?e qui en a parl?. ou bien s’agit-il d’une auto censure de la part des directeurs et chefs de r?daction???

  5. Enfin vous-vous r?veill?.Vous avez absolument raison on ne peut pas risquer sa vie pour chercher des info que des individus anim? d’un esprit….censure la difusion courage!!!

  6. Et c’est au tour du monde des m?dias.
    Sa veut dire que tout le Burkina va mal.
    Le probl?me (vie ch?re, salaires, probl?mes des ?tudiants, prix des produits demande premier n?cessit?s, sant?, l’administration corrompu et laiss? au soins de la politique qui nomme au postes de responsabilit? que ses partisans) et est donc transversal. Et donc le SENAT n’a pas sa raison d’?tre

  7. enfin, ils se reveillent nos freres journaliste du publique, c'est une cause juste et noble. on vous soutien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre