Sit-in du SYNATIC : Les travailleurs des médias publics étaient mobilisés

864 14

Au départ un coup d’essai, le sit-in du Syndicat autonome des travailleurs de l’information et de la culture (SYNATIC) devant le ministère de la communication a été un succès en termes de mobilisation, ce mardi 16 juillet 2013 à Ouagadougou. Environ 200 travailleurs des médias publics sont sortis manifester leur réprobation face à l’immixtion de leur ministère dans le traitement de l’information et également revendiquer de meilleures conditions de vie et de travail.

Les manifestants étaient nombreux devant le ministère de la communication ce lundi matin (Ph : B24)
Les manifestants étaient nombreux devant le ministère de la communication ce mardi matin (Ph : B24)

De 7h à 10h ce mardi, environ 200 travailleurs des médias publics, réunis sous la bannière de leur syndicat, le SYNATIC, ont fait le pied de grue, pancartes et slogans au vent, devant leur ministère de tutelle. Ils protestaient contre l’immixtion du ministère de la communication dans le traitement de l’information au niveau des médias publics.

« Nous voulons juste un équilibre de l’information »

Les travailleurs disent non à l'immixtion (Ph : B24)
Les travailleurs disent non à l’immixtion (Ph : B24)

Des pancartes et des banderoles exprimaient cela. Selon Justin Coulibaly, Secrétaire général  du SYNATIC, cette immixtion, contrairement à ce qu’affirme le ministre de la Communication qui a traité le SYNATIC de menteur, « ne date pas d’aujourd’hui ». Cependant, dit-il, « nous remarquons qu’elle prend une ampleur particulière depuis un certain temps ». « Nous ne sommes contre personne », précise-t-il, « nous voulons juste un équilibre de l’information ».

Il faut souligner que depuis un certain temps, des journalistes de la RTB précisément sont la cible d’une vindicte populaire qui leur reproche de donner des informations non crédibles. « Je n’ai pas envie de me faire lyncher lorsque je vais à un reportage ! », s’indigne un

Les travailleurs des médias publics un statut particulier (Ph : B24)
Les travailleurs des médias publics un statut particulier (Ph : B24)

journaliste de ce média.

Concernant toujours cette affaire d’immixtion, notamment à la date du 29 juin, une note de la Rédaction de la RTB a été diffusée à la télévision ce lundi 15 juillet et publié dans le quotidien Sidwaya du mardi, indiquant, entre autres, que le Secrétaire général du ministère n’est pas intervenu à la télévision et qu’également, la rédaction de la RTB était régie selon sa ligne éditoriale et qu’elle ne recevait aucune intimidation ni injonction.

« Nous travaillons 7 jours/7 et 24 heures/24 »

Des journalistes de la RTB présents à la manifestation ont contesté cette note. « Ce n’est pas la rédaction qui  a écrit cette note car,

Justin Coulibaly, SG du SYNATIC : "Nous demandons juste l'équilibre de l'information" (Ph : B24)
Justin Coulibaly, SG du SYNATIC : “Nous demandons juste l’équilibre de l’information” (Ph : B24)

moi, qui suis journaliste de cette rédaction, je ne suis pas au courant », déclare l’un d’eux.

Les travailleurs des médias publics réclament également de meilleures conditions de vie et de travail. Ils demandent, entre autres, un statut particulier. « Nous travaillons 7 jours/7 et souvent 24 heures /24 », explique une journaliste.

La salle de la Bourse du travail a refusé du monde (Ph : B24)
La salle de la Bourse du travail a refusé du monde (Ph : B24)

Cette plateforme a été remise au Secrétaire général du ministère, Adama Barro, qui  n’a pas pu s’adresser aux travailleurs, parce qu’il a été hué par les manifestants qui réclamaient le ministre de la communication lui-même.

Mais la manifestation s’est déroulée et terminée dans le calme.

Le SYNATIC, dont le Secrétaire général se dit satisfait de la mobilisation, a ensuite donné rendez-vous aux manifestants à la Bourse du Travail pour faire le bilan de cette première sortie. « Ce n’est que le début », laisse entendre Siriki Dramé, Secrétaire général adjoint du SYNATIC.

Cliquez sur l'image pour lire la vidéo
Cliquez sur l’image pour lire la vidéo

Le syndicat dit attendre la réaction du gouvernement sur cette plateforme revendicative dans le courant de cette semaine. Le cas échéant, une manifestation d’une plus grande envergure pourrait être envisagée. Il a appelé les travailleurs à rester mobilisés et les a rassurés en ces termes : “S’ils veulent avoir l’ensemble des syndicats et du peuple sur le dos, ils n’ont qu’à oser nous toucher !”

Abdou ZOURE

Pour Burkina 24

« Les journalistes doivent faire preuve d’humilité »

Le SG du ministère de la communication, Adama Barro, approché pendant le sit-in  a donné son avis. Il a d’abord appelé les journalistes a plus « d’humilité ». Ensuite, il a trouvé l’expression immixtion « inappropriée »,  car le ministre de la Communication est avant tout le directeur de publication des médias publics et à ce titre, est le garant de la « crédibilité » de ces médias. Il a aussi répondu aux accusations qui pèsent sur lui. « Je n’ai jamais mis les pieds à la RTB, le 29 juin », relate-t-il. « Je suis resté à mon bureau jusqu’à 16h, ensuite j’ai pris ma voiture et je suis rentré chez moi. Que celui qui dit j’ai pris une cassette qu’il vienne le prouver ».

Adama Barro, SG du ministère de la Communication (Ph : B24)
Adama Barro, SG du ministère de la Communication (Ph : B24)

Il a demandé aux journalistes des médias publics de faire preuve de professionnalisme afin de rendre crédibles leurs médias. C’est à ce seul prix, selon lui, qu’ils pourront éviter les lynchages. « Le journaliste n’est pas là pour plaire ; il doit être un arbitre », termine Adama Barro, qui a précisé enseigner ce métier. Pour ce qui concerne les autres points de revendications, le SG exprime que « nul ne remet en question les revendications du SYNATIC » et assure que tout est mis en œuvre pour que ces problèmes soient réglés dans les plus brefs délais.

A.Z

 

 

 

 



Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Article similaire

Il y a 14 commentaires

  1. je pense qu'on a pas besoin de nier ou pas, nous qui suivons cette t?l? sommes les seuls arbitres. que le ministre nous dise dans quelle ?dition la visite du 1er ministre a ?t? publi?e dans le journal t?l?vis?. je pense s'il r?pond ? cela, on saura s'il ya immixtion ou pas

  2. Monsieur le Directeur supr?me de publication des m?dias Burkinab?, D?missionn? de votre poste de ministre et occup? cette fonction dans les meilleures d?lais. Comme sa, nous savons d?sormais que nul n’a le droit de parler et d’?crire sans vous.

  3. Le Burkina est mal parti. Nul besoin d’?tre proph?te pour savoir que le r?gne Compaor? est arriv? ? ?ch?ance. la nouvelle generation n’acceptera jamais une nouvelle candidature. Qu’il s’y fasse un point c’est tout. Toutes ces institutions qu’il manipule prendront leur independance et c’est pour bient?t. Nul n’?chappe ? son destin.

  4. je pense nos dirigeants doivent apprendre ? ?tre humble et surtout ? reconnaitre leur tort et se repentir. j'imagine mal des agents d'un minist?re accuser injustement un ministre dans ce pays l?. D'ailleurs nous ne sommes pas dupes nous avons tous vu et pu comparer la couverture m?diatique de ces deux marches par les m?dias. les choses sont en train de changer dans ce pays.

  5. Alain Edouard a toujours ?t? le boulanger pour le pouvoir. Il a dit il n’y a pas longtemps que m?me si l’opposition marche ca ne les emp?che pas de dormir. On verra bien comme le pouvoir joue au sourd. 2011 est fraichement dans les m?moires et maintenant vous les mal-gouvernants allez courir comme Diendere

  6. Le glas a sonn? pour le CDP et ses acolytes. Le ministre et son staff me font piti?.Ne d?fendez pas l’ind?fendable.Le peuple a maintenant les yeux ouverts.quittez le navire pendant qu’il est temps pour esp?rer sauver votre int?grit

  7. ''Le Ministre est le directeur de publication des m?dias publics et ? ce titre, est le garant de la ? cr?dibilit? ? de ces m?dias''.Mais dites moi si cela est av?r?e, comment quelqu'un qui n'est pas journaliste de formation peut-il accomplir cette tache?Finalement quel r?le joue le CSC et je pense qu'on devrait dans ce cas marcher contre sa dissolution.Aidez moi ? comprendre svp.

  8. " Le ministre de la Communication est avant tout le directeur de publication des m?dias publics et ? ce titre, est le garant de la cr?dibilit? de ces m?dias" dixit le SG du Ministre de la Communication. Donc, toute information pr?judiciable au Pouvoir ne peut donc ?tre diffus?e !, Les informations de la RTB sont donc filtr?es au bon go?t du Pouvoir. Je ne le savais pas, d?sormaisJ E SAIS comment les info de la RTB. Alain Edouard Traor?, ou le Chahuzac Burkinab?, puisqu'il nie en tant que " Directeur de Publication des m?dias publics " avoir agit des fois pour truquer des informations de la RTB.

  9. Quand on dit que les temps ont change, il ya des gens qui font mine de ne pas entendre ca. Et oui! les temps ont vraiment et la fin de ce pouvoir corrompu est tres proche. de toutes facon le pouvoir de Blaise ne fera pas exception a la regle qui veut qu’un royame se fonde, grandisse, atteigne son apogee et decline. Oui je dis bien decline et c’est tout ce qui reste a ce pouvoir. Le comble est qu’ils veulent eux-meme precipiter leur declin.

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *