Politique sanitaire au Faso: Près de 6 milliards pour prendre en compte les questions démographiques

173 0

L'échange des notes sous le regard des deux autres ministres bénéficiaires Photo.B24
L’échange des notes sous le regard des deux autres ministres bénéficiaires Photo.B24

Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’appui aux politiques de santé et de population (PA-PSP) au Burkina Faso, la République française met à la disposition de l’Etat Burkinabè, un financement de 5,9 milliards de F CFA (9 millions d’euros).

L’appui a été matérialisé par la signature d’une convention entre les deux parties ce mardi 16 juillet 2013. Le ministre de l’Economie et des Finances Lucien M. N. Bembamba pour le Burkina, l’Ambassadeur Emmanuel Beth et le directeur de l’Agence française de développement Pascal Collange pour le compte de la France ont signé cet accord.

Le financement destiné au Projet d’appui aux politiques de santé et de population permettra la mise en œuvre des interventions visant à améliorer la santé des populations, en particulier celle des mères et des enfants.

La réalisation du projet entre 2013 et 2016 vise également la prise en compte de la dynamique démographique dans les stratégies nationale.

En effet, le financement qui est octroyé sous forme de subvention va concrètement permettre d’améliorer la disponibilité et la qualité des soins de santé maternelle et infanto-juvénile, de renforcer la disponibilité des méthodes contraceptives pour une utilisation accrue, de prendre davantage en compte la maîtrise de la croissance démographique dans les stratégies nationales.

Du même coup, cette subvention va contribuer selon l’ambassadeur de la France, à soutenir la mise en œuvre du Plan national de développement sanitaire (PNDS) pour la décennie 2011-2020.

Trois départements ministériels sont bénéficiaires et acteurs dans la mise en œuvre de cette subvention française.

Le ministère de la Santé pour les questions de santé, le ministère de la Promotion de la femme et du Genre pour ses actions en faveur du droit des femmes en matière de la santé sexuelle et reproductive, et enfin, le ministère de l’Economie et des Finances qui pilote la politique nationale de population.

Et pour le Ministre de la Promotion de la femme et du Genre, Nestorine Sangaré la mise en œuvre de du projet sera d’un soutien capital pour le Burkina dans sa dynamique de transition démographique.

Boureima LANKOANDE

pour Burkina 24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre