Suppression des quotas sucriers UE : un coup dur sur les économies ACP

690 0

SucreL’Union européenne a, dans le cadre de sa nouvelle politique agricole, décidé en fin juin 2013 de supprimer les quotas sur le sucre de betterave et d’isoglucose en 2017, plus tôt donc que la date initialement prévue (2020) par le parlement européen.

La décision de l’UE de supprimer les quotas sur le sucre de betterave et d’isoglucose en 2017 va mettre en péril certaines économies des ACP (groupe des pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique) car elle entraînerait la faillite de nombreuses industries sucrières de ces pays.

En effet, une analyse d’impact de la Commission européenne prévoit une baisse considérable des prix de 45% par rapport à leur niveau de 2012, lorsque le contingentement serait mis en place.

Le Groupe, consterné, dénonce une décision qui remet en question la cohérence des politiques de l’UE, sape les fondements du partenariat commercial et de la coopération au développement entre les deux groupes, et ne prend pas en compte les intérêts des ACP. Elle est ainsi donc perçue comme contraire aux objectifs des Accords de partenariat économique (APE).

En clair, l’abolition des quotas rendrait les importations moins attrayantes et favoriserait une situation d’autosuffisance, voire d’exportateur net, pour l’Union européenne.  Ce qui équivaudra à 850 millions d’euros de perte de recettes jusqu’en 2020 pour les producteurs de sucre ACP.

Du reste, l’échéance de 2017 est considérée comme étant trop courte pour l’incitation et la mise en œuvre d’autres mesures destinées à améliorer la compétitivité des industries potentiellement affectées.

Pour ce faire, le groupe a invité l’UE à examiner la situation en 2018, ce, conformément aux objectifs contenus dans l’Accord de Cotonou et les Accords de partenariat économique, et à présenter des mesures correctrices appropriées, permettant de défendre davantage les intérêts des pays producteurs de sucre.

Les États ACP producteurs de sucre comprennent la Barbade, Bélize, la République du Congo, Fidji, la Guyane, la Côte d’Ivoire, la Jamaïque, le Kenya, Madagascar, le Malawi, Maurice, le Mozambique, Saint-Christophe-et-Nevis, le Surinam, le Swaziland, la Tanzanie, Trinidad-et-Tobago, l’Ouganda, la Zambie, le Zimbabwe.

Boureima LANKOANDE pour Burkina24

Source : bulletin CTA



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *