PRIX DU SUCRE: Le ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat veille au grain

187 2

-

En ce mois béni du carême musulman et en cette période d’installation de  la campagne agricole au Burkina,  une attention particulière est portée sur les prix des produits de 1ère nécessité qui ont tendance a connaitre des hausses non justifiées. En effet on constate chaque année, et ce malgré les communiques du ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat rappelant les prix plafond à ne pas dépasser, que certains  opérateurs du secteur ont tendance à vouloir mettre à profit cette période  pour spéculer sur les prix. Conscient de l’existence de tentatives réelles de spéculation, le ministère  depuis le mois de juin a entrepris de regarder de près la situation pour que les consommateurs ne soient pas grugés.

Le sucre étant le produit le plus prisé en ce mois de juillet mois de carême musulman, le département s’est  attelé à ce que le prix de cette denrée ne connaisse pas d’augmentation anarchique. C’est pourquoi  en début juillet il a fait un communiqué pour rappeler les  prix du sucre en vigueur et rassurer les consommateurs de l’existante des quantités requises.

 En effet depuis le mois de juin un état a été fait sur les stocks de sucre disponibles  au niveau de la SGSUCO afin de permettre de prendre des dispositions pour palier à un éventuel manque à gagner au niveau de la demande.  Aujourd’hui on peut affirmer que pour ce qui concerne  le sucre, l’offre est disponible  sur le marché aussi bien  au niveau du sucre en carreaux que de celui en granulé. Le sucre déjà mis en circulation par la SOSUCO  pour la consommation cette année est de l’ordre de 28 000 tonnes.  A ce tonnage,  il faut ajouter un surplus de 30 000 tonnes de sucre importé  par les opérateurs du domaine alors que selon  les statistiques  les besoins  de  consommation en  sucre durant la période du carême musulman tournent autour de 10 tonnes.

Ce qui signifie que le sucre est disponible et par conséquent il n’y a aucune raison de vouloir spéculer sur les prix de la denrée. Du reste des missions de contrôle sont régulièrement effectuées par les agents de l’Inspection Générale des Affaires économiques (IGAE) à travers tout le pays pour s’assurer que les prix fixés sont respectés. Ces actions de contrôle ont même fait l’objet de médiatisation par la presse nationale qui, le 22 juillet,  a été conviée  pour suivre les équipes de contrôle afin de  constater  le travail qui est fait au quotidien.

Toutes ces actions qui sont  menée  visent un seul objectif : Apporter aux consommateurs  l’information juste et vrai sur les prix praticables au niveau du sucre et permettre ainsi aux populations d’accomplir  ce rite qui constitue le 4ème  pilier de l’islam dans la paix et la sérénité.

Ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat

* Le titre est de la rédaction

Dieudonné LANKOANDE

M. Lankoandé est passionné de web2.0 et de stratégies marketing (Marketing/web & Community Management) propre au secteur on line, domaine dans lequel il a plusieurs années d’expériences.

Il y a 2 commentaires

  1. A l’attention du minist?re de l?Industrie, du Commerce et de l?Artisanat: Au lieu de “En ce mois b?ni du car?me musulman”, je pense qu’il sied de dire “En ce mois b?ni de Ramadan” ou “En ce mois b?ni du je?ne musulman” parce qu’?tymologiquement, Car?me vient du mot quarante et pourtant le je?ne musulman compte 30 jours. Ce qui n’a rien avoir avec le Car?me.
    F?licitation au minist?re pour ces actions de veille et bon mois de Ramadan ? tous les musulmans. Dieu b?nisse les efforts de Privation et de Partage de ceux-ci pour un Burkina de Paix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre