Présidentielle malienne: Ibrahim Boubacar Keïta vs Soumaïla Cissé

77 4
-

Ce vendredi 9 août 2013 sonne la fin de la campagne électorale au Mali. Dimanche, les Maliens se rendront aux urnes pour élire leur président. Ils auront le choix entre Ibrahim Boubacar Keïta, le favori du premier tour, et Soumaïla Cissé.

Ibrahim Boubacar Keïta, candidat du Rassemblement pour le Mali (RPM), 39,79%. Soumaïla Cissé, candidat de l’Union pour la République et la Démocratie (URD), 19,70%. Ce sont les résultats du premier tour de la présidentielle malienne, confirmés cette semaine par la Cour constitutionnelle. L’écart entre les deux candidats place “IBK” assez loin devant son rival. Toutefois, Soumaïla Cissé ne se laisse pas abattre. Il compte sur les nombreux votes nuls du premier tour ainsi que sur un nouveau record de participation pour améliorer son score.

Emploi, sécurité, protection sociale. Dans leur programme de campagne, les deux vétérans de la politique malienne se différencient peu. Tous deux promettent la création de centaines de milliers d’emplois dans les années à venir. Ils comptent renforcer l’armée malienne. La protection sociale figure enfin dans les deux programmes. Ces similitudes s’expliquent probablement par le parcours des deux candidats qui, lui aussi, se ressemble.

Un passé similaire

Ibrahim Boubacar Keïta et Soumaïla Cissé ont en fait, évolué côte à côte. A 68 et 64 ans, ces deux hommes sont issus du même parti: l’Alliance pour la démocratie au Mali-Parti africain pour la solidarité et la justice (Adéma-PASJ). Ils sont les fondateurs de cette formation, au pouvoir de 1992 à 2002.

IBK et Soumaïla Cissé sont loin d’être des novices de la politique malienne. Le premier a évolué en politique en marge d’Alpha Oumar Konaré, devenu président en 1992, après la chute du dictateur Moussa Traoré. Il a été conseiller diplomatique, puis ambassadeur pour le Mali en Côte d’Ivoire. En 1993, il se voit attribuer le poste de ministre des Affaires étrangères au Mali. Une fonction qu’il quittera l’année suivante pour prendre la tête du gouvernement jusqu’en 2000.

De 1992 à 1993, Soumaïla Cissé est secrétaire général de la présidence sous Alpha Oumar Konaré. Il a ensuite enchaîné les postes de ministre des Finances, du Commerce, ainsi que de l’Equipement et de l’Aménagement du territoire, de l’Environnement et de l’Urbanisme.

Les deux hommes ont enfin tous deux déjà expérimenté l’échec d’une présidentielle. IBK, à deux reprises, en 2002 et 2007. Soumaïla Cissé, en 2002.

Des différences, tout de même

Là où les deux hommes se différencient, c’est surtout sur leur style.

IBK s’est taillé une réputation de roc. En tant que Premier ministre, il a réprimé la contestation sociale et le mouvement étudiant d’une main de fer. Il s’est toujours présenté tel un opposant farouche à la corruption. Malgré cette fermeté, il attire la sympathie par son côté “bon vivant”.

Pour sa part, Soumaïla Cissé semble vouloir émettre l’image d’un homme rationnel. Cette image est renforcée par sa fonction de président de la Commission de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), qu’il a occupé pendant huit ans. La reprise économique du pays occupe une place prépondérante dans sa campagne.

Dieudonné LANKOANDE

M. Lankoandé est passionné de web2.0 et de stratégies marketing (Marketing/web & Community Management) propre au secteur on line, domaine dans lequel il a plusieurs années d’expériences.

Il y a 4 commentaires

  1. Sans surprise IBK est elu mais il a la chance d’avoir en face un opposant digne de ce nom qui est soucieux de l’avenir du MALI et non de sa personne.

  2. Bravo ? IBK pour son ?lection et surtout ? Souma?la CISSE pour son fair play qui l’a conduit ? aller personnellement avec sa famille chez IBK le f?liciter.
    Voil? un opposant responsable et exemplaire.

  3. Ce la duel de deux(02) baobab qui sont d?j? servi le pays, mais ce qui nous assure sur la sc?ne politique et de le rappeler aux peuple maliens le moment est venu que nous puissions s?exprime nos devoir et nos choix que le meilleur gagne ……………. Vive le Mali et le grand K.

  4. QUE LE MEILLEUR GAGNE ET SURTOUT QUE LA DEMOCRATIE MALIENNE SORTE VAINQUEUR.
    LE MEILLEUR C’EST CELUI QUE DIEU JUGE A MEME DE PRESIDER AUX DESTINEES DE PEUPLE MALIEN.
    QUE LE VAINQUEUR AIE L’HUMILITE DE SE METTRE AU SERVICE DE SON PEUPLE.
    QUE LE PERDANT AIE LE COURAGE D’ACCEPTER LE VERDICT DES URNES ET AMENE SES SUPPORTEURS A CALMER LEURS ARDEURS.
    PAIX AU MALI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre